Tourisme : malgré la crise sanitaire, l'Aveyron enregistre au mois de juillet une hausse de fréquentation record.

C’est un mois de juillet exceptionnel qu’a connu cette année l’Aveyron. L’agence départementale du tourisme annonce une hausse de fréquentation de 14% par rapport à juillet 2019. Une tendance qui devrait se confirmer en août.
 
Entre attente et incertitude, les professionnels du tourisme en Occitanie appréhendent avec inquiétude les vacances de la Toussaint qui commencent vendredi soir pour 15 jours
Entre attente et incertitude, les professionnels du tourisme en Occitanie appréhendent avec inquiétude les vacances de la Toussaint qui commencent vendredi soir pour 15 jours © BENELUXPIX/MAXPPP
L’Aveyron serait-il le nouvel eldorado touristique ? C’est en tout cas ce que laissent imaginer les chiffres rendus publics par l’agence de développement touristique de l’Aveyron.

Un bon mois de juillet


A l’inverse des dernières années où le mois de juillet était un mois en creux pour les professionnels du tourisme, la fréquentation a cette année enregistré une forte hausse sur le département de l’Aveyron avec une augmentation de 14% du nombre de nuitées.

Une embellie dont ont profité les gîtes et chambres d’hôtes mais aussi les loueurs de mobil-homes. Le mois de juillet a en revanche été beaucoup moins bon pour les hôtels, les hébergements collectifs et pour les emplacements nus en campings.
 

Pour autant, la bonne performance du mois de juillet ne permet pas de rattraper le retard pris depuis le début de l’année. Entre le 1er janvier et le 31 juillet, la baisse de fréquentation atteint 20%.
 

Une clientèle majoritairement française


L’été 2020 ne ressemblera décidément à aucun autre. Alors que c’est habituellement la clientèle étrangère qui plébiscite le tourisme en Aveyron, ce mois de juillet a vu arriver une majorité de touristes français, principalement venus des départements limitrophes. Arrive en tête la clientèle de la région parisienne, suivie par celle des départements de l’Hérault, de Haute-Garonne, des Bouches-du-Rhône et du Tarn. L’ADT souligne également une forte présence de la clientèle aveyronnaise.
 

Pour attirer une clientèle des départements limitrophes, Tourisme Aveyron a lancé avant les vacances une campagne de communication baptisée " si loin, si proche " dont les affiches ont été placardées à Toulouse, Montpellier et Clermont-Ferrand.

Août sur la même lancée


Mois traditionnellement le plus important dans la fréquentation annuelle sur le département, le mois d’août devrait confirmer la tendance enregistrée en juillet. Un hébergeur sur deux relève un niveau de réservation élevé pour un mois d’août. Reste une interrogation, l’évolution de la situation sanitaire. « Avec le Covid, la tendance est à la réservation de dernière minute, note Jean-Luc Calmelly, président de l’agence de développement touristique d’Aveyron, donc, si nous avons du beau temps, nous aurons du monde »

Une arrière-saison prometteuse

Pour rattraper une saison printanière catastrophique, les professionnels du tourisme comptent sur l’arrière-saison. Depuis quelques années, la météo est clémente en septembre et en octobre, ils espèrent donc attirer sur le département un public de retraités et des groupes en quête de sites calmes, peu fréquentés à cette période.

« La crise a fait perdre 45 millions au secteur touristique aveyronnais, si l’arrière-saison permet de rattraper un peu cette perte, ce sera déjà bien. Mais nous savons que nous ne la comblerons pas en totalité », conclut Jean-Luc Calmelly.

En 2019, les touristes qui ont séjourné en Aveyron y ont dépensé 360 millions d’euros.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie patrimoine culture vacances sorties et loisirs