Bilan Climatique de Perpignan à Nîmes : un mois de septembre 2019 chaud et orageux

Cette fin d'été a été très agréable avec des températures supérieures à la normale dépassant parfois largement les 30° et un ensoleillement conséquent. Revers de la médaille : il n'y a pas eu de fortes précipitations et les nappes phréatiques ne se sont pas remplies.

vacanciers sur la plage de Richelieu au Cap d'Agde
vacanciers sur la plage de Richelieu au Cap d'Agde © Radio France/Maxppp Stéphane Milhomme
En septembre les maillots de bain et tenues de plage étaient de sortie. Il a fait encore très chaud. Les températures étaient au dessus des normales de saison malgré deux jours plus froids que les autres, le 9 et 10 septembre. Le thermomètre affichait un degré de plus que la moyenne avec des pics dépassant largement les 30 degrés :Globalement l'ensoleillement a été aussi conséquent avec 267h à Nîmes (la normale étant à 239h) ou encore 238h à Perpignan (contre 222h habituellement).

Beaucoup de soleil donc mais des précipitations peu marquées. "La région a connu des épisodes orageux" explique Roland Mazurie, analyste à Météo France à Montpellier. Les pluies ont été plus importantes sur la moitié ouest de la région et plus faible à l'est comme on peut le voir sur ce graphique de Météo France.
cumul de précipitations en septembre
cumul de précipitations en septembre © Météo France

Pas de violent épisode méditerranéen 

En général septembre est le mois des épisodes méditerranéens mais cette année une seule alerte orange aux pluies-inondations-orages a été déclenché pour les Pyrénées Orientales et l'Hérault. C'était le 21 septembre mais la vigilance est passée au jaune dans l'après-midi. La dépression devait provoquer un épisode méditerannéen mais il a été moins violent que prévu car il s'est déplacé au dessus de la mer.

A Argelès-sur-Mer il est tombé 133 mm en quelques heures.

Une voiture vide garée trop près de la rive a été emportée par les eaux et un camping a été inondé à Argelès-sur-Mer."Cet épisode méditerannéen peu intense et quelques rares jours de pluies, ont permi d'atténuer l'état de très fort déficit hydrique dans l'Hérault" précise Roland Mazurie. Mais pas suffisamment pour recharger les nappes phréatiques.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo climat environnement inondations