Cafouillage dans les épreuves d'E3C : le recteur de l'académie de Toulouse va porter plainte contre les pertubateurs

Les élèves de premières débutaient ce lundi les épreuves communes de contrôle continu (E3C). Des épreuves perturbées par des appels au boycott.  Une épreuve a dû être annulée à Montauban. Le recteur de l'académie de Toulouse envisage de porter plainte contre les perturbateurs.

© MAXPPP
Des professeurs dénoncent depuis plusieurs mois le manque de préparation dans l'organisation des nouvelles épreuves de contôle continu (E3C) pour les élèves de première.
Ces contrôles répartis en trois sessions sur les années de première et terminale doivent compter pour 30 % de la note finale.
Des professeurs dénoncent le manque de préparation et l'inégalité de traitement entre les lycées et des appels au boycott ont été lancés.

Ce lundi à Montauban au lycée Bourdelle, une épreuve a dû être annulée en raison d'une manifestation à l'intérieur de l'établissement.
Le recteur de l'académie de Toulouse, Benoît Delaunay indique ce lundi à France 3 Occitanie qu'il envisage de porter plainte.

Benoit Delaunay : "S'il y a intrusion dans un établissement ou dans une salle, naturellement ceux qui s'y livrent peuvent être passibles de poursuites, cela dépend des configurations, si ce sont des professeurs... On examine tout avec la direction de l'établissement et ceux qui commettent des actions contraires au droit doivent savoir que nous sommes très attentifs à la situation des élèves"

France 3 Occitanie : "Vous vous réservez la possibilité de porter plainte ?"
Benoit Delaunay : "Bien sûr."

France 3 Occitanie : "Pour vous il n'y a pas d'inégalité de traitement entre les lycées?"
Benoit Delaunay : "Non justement, il y a une banque nationale de sujets.
Si on regarde cette réforme dans son ensemble, il y a par exemple des enseignements de spécialités, la carte des enseignements de spécialité a été conçue pour réduire les inégalités entre les lycées.
On a fait au contraire une carte favorable aux établissements éloignés, des établissements ruraux qui parfois n'avaient pas les trois séries, ils n'avaient pas S, ES et L.
Ensuite qu'il y ait des questionnements ou des inquiétudes c'est naturel ou légitime. Lorsque les choses changent, il y a un nouveau baccalauréat.. donc on est la pour répondre à ces questionnements avec une boussole qui est l'intérêt des élèves."


Franc 3 Occitanie : "Que se passera-t-il pour ceux qui n'ont pas passé l'épreuve ?"
Benoit Delaunay : "Il ne se passera rien s'ils ont un justificatif, pour les autres on regardera chaque situation, mais l'épreuve a eu lieu.
Alors même que les choses se déroulent bien c'est toujours regrettable de voir que certains veulent perturber, vous savez il n'y a de perturbations que parce qu'il y a des personnes qui veulent perturber les épreuves c'est quand même assez circonscrit."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société grève économie social