Coronavirus : bloqués au Maroc, des voyageurs originaires d'Occitanie témoignent

Une centaine de Français bloqués à l'aéroport de Marrakech attendent des informations. / © FTV
Une centaine de Français bloqués à l'aéroport de Marrakech attendent des informations. / © FTV

Vendredi 13 mars, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les liaisons aériennes et maritimes avec la France pour éviter la propagation du coronavirus. De nombreux Français restent donc bloqués au Maroc, et, parmi eux, des personnes résidant en Occitanie. Certaines ont décidé de témoigner. 

Par Margaux Dubieilh et Léa Bouquet

Ce sera peut-être la fin du calvaire pour Stéphanie, Aude, Jacques et Stéphane. Ce samedi, le ministre des Affaires Étrangères Jean-Yves le Drian annonçait que les retours des ressortissants français seraient facilités dans les prochains jours :
Pourtant malgré cette nouvelle, tous témoignent d'un même abandon et d'une incertitude croissante.
 

Stéphanie, Haute-Garonne : "Mes enfants sont restés en France"

"On a aucune info, on est désemparés. Le climat est hyper anxiogène." Voilà l'état d'esprit de Stéphanie, ce samedi 14 mars, après des heures d'incertitude. Dans l'aéroport de Marrakech, le ras-le-bol de centaines de Français se fait entendre : 
La jeune femme, originaire de Toulouse, devait passer quelques jours au Maroc, et prendre son avion lundi prochain pour revenir sur le territoire français. Mais depuis 13 heures hier, tous les vols vers la France depuis l'aéroport de Marrakech sont suspendus. Elle s'est alors tournée vers l'ambassade de France pour trouver une solution à son problème, mais la réponse est bien décevante : 

Tout est complet. Il faut que vous puissiez être rappatriée depuis un autre pays.

Pas d'information, aucune solution proposée... Stéphanie se retrouve dans le flou le plus total : "On entend des bruits, beaucoup de rumeurs... mais on a aucune réponse claire." Et si le gouvernement français a annoncé que des vols retour seraient organisés pour la rapatrier, elle espère qu'il tiendra ses promesses dans les plus brefs délais : 

Je veux rentrer. Mes enfants sont restés en France, alors qu'il y a l'épidémie.

Jacques, Pyrénées-Orientales : “Nous nous sentons abandonnés”

Jacques se trouve également à Marrakech, avec ses proches. Cette famille de restaurateurs a fermé son établissement une semaine pour profiter de vacances au soleil, à l’occasion de leurs congés annuels. 

Dès l’arrivée à l’aéroport, les cinq membres de la famille ont dû remplir un formulaire d’informations et passer devant des caméras thermiques. “On ne nous a pas donné plus d’explications”, raconte Jacques. Quand il a appris vendredi que les vols vers la France étaient annulés, le restaurateur s’est lui aussi rendu au consulat.

Ils ont pris nos coordonnées et ils nous ont jeté, car nous n’étions pas prioritaires ! Nous nous sentons abandonnés, on ne nous donne absolument aucune information.

La famille, dont le vol retour est prévu pour mardi 17 mars, espère que la situation va s’améliorer d’ici là. “Je dois revenir en France pour faire tourner mon restaurant", explique Jacques, qui ajoute : “Je dois signer un gros contrat le 19 mars, il faut absolument que je sois rentré d’ici-là.”
 

Stéphane, Haute-Garonne : "Les gens sont devant le consulat avec leur valise"

Stéphane voulait passer le week-end à Marrakech avec sa compagne et repartir lundi en France. Malheureusement, le vol retour est annulé. Le quadragénaire ne se démonte pas, et réserve immédiatement deux places dans autre avion qui doit partir le dimanche. Car selon le consulat, les vols prévus jusqu'à dimanche doivent partir comme prévu. Pourtant, c'est la douche froide :

La compagnie aérienne a annulé le vol ! Il n'y a aucune logique. Je ne comprends pas la logique d'empêcher les Français de retourner chez eux. 

Depuis, il a réservé des vols pour Lisbonne, Genève et Londres, en espérant que l'un de ces pays ne suspende pas ses liaisons avec la France. Perdu dans une incertitude totale, il tente de joindre le consulat, sans succès : "Il a fait passer un message hier dans l’après-midi, et depuis aucune information. Et là il est fermé, il n’y a aucune communication. Les gens sont devant le consulat avec leur valise."

Ce samedi matin, la consule adjointe Elisabeth Tesson a d'ailleurs tenté de dialoguer avec les ressortissants français, perdus. 

Aude, Lozère : “Au consulat, ils essaient de prioriser les cas les plus urgents”

Originaire de Lozère, Aude souhaitait profiter de trois jours de répit à Marrakech avec sa famille. Partie jeudi de l’aéroport de Nîmes, elle ne se doutait pas qu’elle se retrouverait bloquée au Maroc, à cause du coronavirus. 

Mon mari a appelé l’ambassade de Rabat avant de partir, on nous a dit qu’il n’y avait aucun souci par rapport au coronavirus.

Mauvaise surprise : elle apprend vendredi après-midi que les vols entre la France et le Maroc sont suspendus. “Nous avons appelé l’ambassade, qui nous a dit qu’il y aurait sûrement 48 heures de battement avant la vraie suspension des lignes, pour que les Français puissent rentrer chez eux.”
Or, le vol retour de la famille, prévu pour dimanche 15 mars au matin, a bel et bien été annulé. Aude et ses proches se sont donc rendus au consulat de Marrakech. “Ils ont pris nos coordonnées. Au consulat, ils essaient de prioriser les cas les plus urgents pour leur trouver une solution.”

Ironie du sort : Aude travaille dans le domaine de la santé.

Je ne pensais pas que l’épidémie de coronavirus prendrait une telle ampleur. Et de mon côté, je ne peux pas être sur place, en France, pour aider !

Sur le même sujet

Les + Lus