Coronavirus et déconfinement : le désarroi des sites touristiques naturels en Occitanie

Alors que la date du 11 mai et le début du déconfinement se rapprochent, c'est l'incertitude qui plane sur les sites touristiques naturels. Comment se remettre de l'absence totale de début de saison et comment préparer la suite ? Eléments de réponse en Occitanie.
Pour les professionnels du tourisme, c'est la date du 2 juin qui a été évoquée, pour une possible réouverture.
Pour les professionnels du tourisme, c'est la date du 2 juin qui a été évoquée, pour une possible réouverture. © FTV
Les gorges du Tarn figurent parmi les plus beaux sites naturels de la région Occitanie, très prisés des amoureux de nature préservée et accessible. Mais dans les campings que l'on trouve tout au long de la rivière Tarn en Aveyron, l'heure n'est pas à l'optimisme.
© FTV
A Mostuejouls, par exemple, le camping des Prades aurait dû ouvrir ses portes le 1er mai. Crise sanitaire oblige, le lancement de la saison est repoussé sine die. "On n'aura pas d'informations avant le 2 juin, ça nous a foutu un petit coup au moral, ça, mais on essaie d'être toujours dans le mouvement", explique Gilles Prouillet, le directeur de l'établissement. "L'épée de Damoclès, ce sont les gros crédits qu'on a sur le dos. Sauver nos entreprises passe par une trésorerie très importante. Il fallait déjà avoir une trésorerie correcte avant le début de la crise et aujourd'hui, on fait tout ce qu'on peut pour la renforcer".  Reporter les mensualités, contracter d'autres prêts pour combler la perte de chiffre d'affaires : le retour à l'équilibre financier s'annonce difficile. Et comment faire lorsque l'on dispose d'aussi peu d'informations et de garanties ? Les professionnels de l'hébergement touristique se préparent donc, mais sans savoir pour qui et pour quand ? Les clients habituels feront-ils le déplacement ? Rien n'est moins sûr. "50 % de notre clientèle est étrangère donc ça va être très compliqué", confie Eric Bassot, le directeur de camping de Peyrelade, à Rivière-sur-Tarn. "Je pense que les Français seront là. On a vraiment espoir d'ouvrir début juin. On va mettre en place toutes les mesures sanitaires que propose notre fédération.".

On espère se rattraper avec la clientèle de proximité, Toulouse, Montpellier, Clermont-Ferrand

Alors qu'il y a quelques mois, les réservations annonçaient un calendrier bien rempli, il va désormais falloir compter sur des décisions de dernière minute des touristes, eux aussi dans l'expectative. 

Voir le reportage de Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker, de France 3 Occitanie :
Coronavirus et déconfinement : le désarroi des sites touristiques naturels en Occitanie
Pour le lac de Saint-Ferréol, la problématique est encore différente. Ce grand site d'Occitanie, très apprécié par les habitants de la région toulousaine, est désert depuis le début du confinement. Mais il ne peut pas, en outre, espérer retrouver sa clientèle habituelle à partir du 2 juin. 
Tout rassemblement et toute activité de plein air sont en effet interdits par arrêté préfectoral, jusqu'au 15 juillet, au moins. 

Perspective peu réjouissante pour les commerces et les lieux d'hébergement qui bordent le lac et qui tentent tant bien que mal de vivoter. "Une quarantaine de séjours a été annulée", explique Mathilde Longueville, la gérante d'un établissement qui n'accueille que des groupes. "Cela représente déjà 150 000 euros de pertes". 

Le maire de Revel, Etienne Thibault, craint lui aussi que la deuxième partie de la saison estivale ne puisse démarrer après le 15 juillet. Pas sûr même que le traditionnel feu d'artifice qui avait rassemblé 10 000 spectateurs l'an dernier puisse avoir lieu.

Voir le reportage de Benoît Roux et Nathalie Fournis, de France 3 Occitanie : 
Coronavirus et déconfinement : le désarroi des sites touristiques naturels en Occitanie

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société tourisme économie déconfinement