Covid et couvre-feu : huit départements d'Occitanie basculent en zone d'alerte maximale

Le Premier Ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi 22 octobre le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le
Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. En Occitanie, huit départements sont concernés. Et ce, à partir de vendredi minuit.

Un contrôle de police, à Toulouse, pendant le couvre-feu.
Un contrôle de police, à Toulouse, pendant le couvre-feu. © Xavier de Fenoyl/MaxPPP
A l'exception de deux régions encore sous la cote d'alerte, la Bretagne et la Nouvelle Aquitaine, l'ensemble du pays a basculé en zone d'alerte, a indiqué le ministre de la santé Olivier Véran, jeudi 22 octobre, devant la commission des lois de l'Assemblée nationale. "L'heure est grave, l'épidémie a flambé dans l'immense majorité du pays", a-t-il notamment précisé.

Six jours après les couvre-feux instaurés entre 21h00 et 06h00 dans les métropoles de Paris, Lille, Lyon, Marseille, Rouen, Grenoble, Saint-Etienne, Montpellier et Toulouse, le Premier Ministre Jean Castex a donc annoncé l'extension de ces mesures. 38 nouveaux départements sont concernés : en Occitanie, il s'agit de l'Aveyron, des Pyrénées-Orientales, des Hautes-Pyrénées, du Gard, de la Lozère, du Tarn, du Tarn-et-Garonne et de l'Ariège.
Dans l'ensemble de ces départements, un couvre-feu entre 21h00 et 6h00 entrera en vigueur à partir de vendredi 23 octobre, minuit.

En outre, dans les agglomérations déjà concernées par le couvre-feu, comme Toulouse et Montpellier, les restrictions de sortie sont étendues à tout le département. 

Au total, 54 départements français et un TOM (territoire d'outre-mer), la Polynésie, sont désormais concernés par le couvre-feu. Et ce, pour une durée de six semaines.

Avant de passer la parole au ministre de la santé, Olivier Véran, Jean Castex a conclu son intervention par ces mots : "Le mois de novembre sera éprouvant" et "le nombre de morts va continuer à augmenter" en France. Le Premier Ministre a même prévenu que des mesures "beaucoup plus dures" pourraient être prises, "si l'épidémie n'est pas jugulée". Allusion peut-être à un reconfinement, comme en font le choix certains de nos voisins européens...

Depuis samedi dernier, 32 033 contrôles ont été effectués et 4 777 verbalisations prononcées, pour non respect du couvre-feu, dans les agglomérations concernées par ces premières mesures de restriction de circulation, parmi lesquelles Toulouse et Montpellier.
 
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société