Covid-19. Le couvre-feu et de la vaccination font baisser la mortalité en Occitanie

En février 2021, l'Occitanie a connu un ralentissement de sa surmortalité. La diminution de la circulation du virus dans la région avec le couvre-feu et la vaccination des personnes les plus vulnérables en janvier et début février expliqueraient cette baisse.

En février 2021, les décès sont plus fréquents en maison de retraite qu’en 2018-2019.
En février 2021, les décès sont plus fréquents en maison de retraite qu’en 2018-2019. © Alexis Sciard - MaxPPP

Avec une augmentation inférieure à 1 %, l’Occitanie fait partie des régions où la surmortalité, liée depuis un an à l'épidémie de Covid, est la plus faible, loin derrière Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 16 %), seule région de métropole à connaître un excédent de décès supérieur à 10 % en février. 

A la mi-février une tendance est apparue : les décès sont moins nombreux que sur les années passées. Ils sont inférieurs de 5 % à ceux enregistrés en 2018-2019, soit - 136 décès.

Selon l'Insee plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène : 

Cette mortalité plus faible que les années précédentes fin février s’explique probablement en partie par une diminution de la circulation du virus dans la région dès le début du mois de février (entrée en vigueur du couvre-feu à 18h le 16 janvier notamment). La vaccination progressive des personnes les plus vulnérables en janvier et début février expliquerait peut- être également une partie de la baisse de la mortalité fin février.

Insee Occitanie

Absence d'épisode grippal, mortalité routière en baisse

D'autres causes sont avancées pour comprendre également cette diminution : l'absence d’épisode grippal cette année et une mortalité routière moins importante du fait de la réduction des déplacements.

Mais au niveau départemental, la situation est contrastée. 

En Haute-Garonne, dans le Tarn et l’Hérault, la surmortalité est plus marquée (respectivement + 10 %, + 7 % et + 6 %). La Lozère, l’Aude et le Gard affichent une mortalité quasi stable par rapport à la moyenne de février 2018-2019, alors qu’en janvier la Lozère et l’Aude affichaient les taux de surmortalité les plus forts d’Occitanie. En Aveyron, dans les Pyrénées-Orientales et les Hautes-Pyrénées, le nombre de décès enregistrés baisse nettement. Pour le Lot, l’Ariège, le Gers et le Tarn-et-Garonne, la sous-mortalité enregistrée devra être confirmée à l’aune de données consolidées.

Insee Occitanie

L’excédent de décès observé en février 2021, toutes causes confondues, concerne avant tout les personnes de 75 à 84 ans alors qu’en janvier la surmortalité concernait surtout les personnes âgées de 85 ans ou plus. Au cours du mois qui vient de s'écouler et en comparaison des années 2018-2019, les décès sont plus fréquents en maison de retraite. Ils sont supérieurs de 17 % en 2021 (soit + 129 décès). 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société