Covid : malgré le confinement municipal en Catalogne, la vie continue pour les habitants du petit village d'Agullana

Depuis le 7 janvier, les Catalans ne sont plus autorisés à sortir de leur commune de résidence, sauf pour aller travailler. À Agullana, à une dizaine de kilomètres du Perthus, on tente de composer avec cette mesure, encore en vigueur jusqu'au 24 janvier prochain.

Pas un chat dans les rues de ce village catalan, soumis aux règles du confinement municipal.
Pas un chat dans les rues de ce village catalan, soumis aux règles du confinement municipal. © Véronique Galy / France Télévisions.

En Catalogne, l'année 2021 n'a pas démarré sous les meilleurs auspices. Le 4 janvier dernier, les autorités catalanes ont annoncé un reconfinement partiel de la population, à cause des mauvais chiffres de l'épidémie de Covid-19. Un coup dur pour les habitants : depuis le 7 janvier et encore jusqu'à dimanche prochain, ils sont contraints de rester confinés dans leur commune de résidence, sauf pour se rendre au travail.

Un couvre-feu est également actif dans toute la région de 22 heures à 6 heures.

À Agullana, à une dizaine de kilomètres de Perthus, on vit au ralenti. Les écoles sont encore ouvertes et les rassemblements familiaux restent autorisés dans la limite de 6 personnes, mais il flotte dans l'air un air d'anormalité. Les rues sont quasi désertes et le temps semble suspendu. 

Avec nostalgie, le maire Josep Jovell Pujulà pointe du doigt les restaurants vides. "Au lieu de tout ce qui est entassé là, on aurait la terrasse remplie de gens qui prendraient le café, le petit-déjeuner", regrette-t-il. 

Les petits commerces se portent bien

Depuis dix jours maintenant, les centres commerciaux et les grandes surfaces de plus de 400 m² sont fermés en Catalogne. Les petits commerces continuent en revanche de fonctionner : à Agullana, les pharmacies, boulangeries et supérettes suffisent à satisfaire les petits besoins du quotidien. Mais pour les courses spécifiques, il faut s'organiser autrement.

Logistiquement, c'est vrai que c'est difficile. S'il manque des choses particulières, il faut passer par Internet. On vit différemment.

Sandrine Mehr, habitante d'Agullana

Vivre dans un village, un avantage pour les habitants

Par temps de confinement, les habitants d'Agullana se considèrent chanceux de vivre dans un village : plus d'espace, peu de nuisances et surtout des endroits pour respirer.

"On a le parc des sports, des chemins, la montagne. Un peu de liberté ! C'est très différent de vivre le même confinement dans une ville", souligne le maire de la commune.

Ce confort de vie séduit et attire de plus en plus de citadins : ces derniers mois, la population du petit village catalan a passé les barres des 900 habitants, du jamais vu depuis dix ans !

À Barcelone, un confinement municipal peu efficace

À Barcelone, le confinement municipal n'a pas le même impact que dans les petites communes. Surtout, il reste peu efficace dans la lutte contre la propagation du virus. Dans la capitale catalane, les 3 millions d'habitants continuent de sortir, d'emprunter les transports en commun et d'avoir des contacts à grande échelle.

Les autorités préconisent désormais des mesures plus strictes : les Barcelonais pourraient prochainement être confinés dans leur quartier, soit un territoire limité à 25 000 personnes en moyenne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
catalogne international espagne pays catalan covid-19 santé société confinement