Covid. Occitanie : le pic de la quatrième vague pourrait être atteint début septembre à l'hôpital public

La situation sanitaire dans les hôpitaux n’est plus alarmante mais reste tendue en Occitanie. Contrairement aux vagues précédentes, la moyenne d’âge des personnes atteintes du covid et placées en réanimation a nettement baissé. Les malades admis en soins critiques sont de plus en plus jeunes.

Selon les derniers chiffres du CHU de Montpellier, une majorité des patients placés en soins intensifs ont entre 40 et 60 ans. 80% d'entre eux ne sont pas vaccinés. Et les 20% restant sont des personnes très âgées, déjà vaccinées mais fragiles, ou des personnes souffrant de pathologies graves.

Les services hospitaliers sont toujours à flux tendus, et ne voient toujours pas le bout du tunnel et la fin de la 4e vague, due au variant Delta. Cette tendance s'observe partout dans les établissements hospitaliers de la région.

Le plateau pourrait être atteint dans une dizaine de jours.

Kada Klouche, responsable du service médecine intensive et réanimation au CHU de Montpellier.

Le pic de la quatrième vague pourrait donc être atteint entre le 5 et le 10 septembre. Si c’est le cas, "on pourrait avoir une stabilisation des entrées et des sorties en réanimation et donc éviter la saturation des hôpitaux", selon le professeur Kada Klouche.

Une 3e dose de vaccin pour les plus de 65 ans et les personnes fragiles

La Haute autorité de santé vient de donner son feu vert pour l’injection d’une troisième dose de vaccin Pfizer, Moderna. Seules concernées : les personnes de plus de 65 ans, les plus fragiles ou les personnes présentant des comorbidités augmentant le risque de formes graves du Covid, ayant été vaccinées 2 doses en début d'année.

Vaccins grippe et Covid... en même temps ?

Pour ces personnes à risques, le parcours vaccinal va être simplifié. Elles pourront bénéficier du vaccin contre la grippe et celui contre la Covid de manière concomitante, à partir de fin octobre.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé lundi soir sur BFMTV une prochaine campagne de rappel vaccinal pour ce public, plus large qu’initialement envisagé.

Pour la HAS, "la priorité pour les prochaines semaines est de tout mettre en œuvre afin d’augmenter la couverture vaccinale, en particulier dans la classe d’âge des plus de 80 ans pour laquelle la couverture vaccinale complète reste insuffisante (79,9%)"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19 vaccins - covid-19