Dans le Gard et dans l’Hérault, le personnel des services de réanimation réclame plus de moyens et de considération

Les personnels des services de réanimation se sont mobilisés ce mardi 11 mai devant l’Agence Régionale de Santé. Ils réclament une meilleure considération financière de leur travail. 

 

Près de 200 personnes se sont mobilisés ce mardi 11 mai pour réclamer une meilleure reconnaissance des personnels de réanimation
Près de 200 personnes se sont mobilisés ce mardi 11 mai pour réclamer une meilleure reconnaissance des personnels de réanimation © F3 Occitanie

Ils sont près de 200 ce mardi 11 mai sous les fenêtres de l’Agence Régionale de Santé de Montpellier (Hérault). Ils viennent du privé comme du public, de Montpellier, de Béziers, de Nîmes ou d’Alès, tous agents hospitaliers en service de réanimation.

Une prime et des renforts de personnel

Leur principale revendication ? Une meilleure considération financière et matérielle de leur travail. “Les services de réanimation sont en tension depuis le début de la crise covid. Des infirmiers et des aides-soignants travaillent 60h par semaine dans ces services. Ils n’y trouvent plus du tout leur compte !” dénonce Pierre Payet, le secrétaire général de la CFDT 34. “Nous demandons une prime de réanimation pour ces personnels. Le gouvernement en a créé une pour les personnels des urgences, pour les personnels du grand âge. Nous, nous demandons la même chose pour les personnels de réanimation.”

L'hôpital d'Alès dans la tourmente

Le personnel de l’hôpital d’Alès  (Gard) s’est également mobilisé sur le parvis de leur établissement. Une trentaine d’entre eux manifestait son mécontentement. Des représentants du personnel ont été reçus par la direction des ressources humaines, mais le résultat de cette entrevue n’était pas à la hauteur de leurs espérances. “ Ils ont entendu le mal-être de nos agents mais ils justifient toujours les problèmes par la crise sanitaire”, rapporte Isabelle Jaussent, aide-soignante à l’hôpital d’Alès et représentante du personnel à la CGT.

“Mais ces problèmes existaient avant l’arrivée du covid. Les agents depuis le début de la crise passent l’éponge sur beaucoup de choses mais ils sont aussi très inquiets pour leur avenir.” Au-delà de la question salariale, le service de réanimation de l’hôpital d’Alès rencontre de nombreux problèmes de planning et de manques d’effectifs. Le personnel mobilisé espère obtenir  rapidement des renforts en service de réanimation. 

A Montpellier, une délégation a également été reçue par l’ARS ce mardi après-midi. Les représentants du personnel ont le sentiment d’avoir été entendus mais la décision revient au gouvernement. Un préavis de grève était déposé pour ce mardi 11 mai, si leurs revendications n’aboutissaient pas, les personnels des services de réanimation se disent prêts à durcir leur mouvement dans les semaines à venir. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social manifestation santé société