Deux hommes seront jugés dans l'Hérault et les Pyrénées-Orientales dans le cadre d'une vaste opération anti pédophilie

Ils sont soupçonnés d'avoir téléchargé des images à caractère pédopornaographique. Ils ont été interpellés dans le cadre d'un coup de filet national impliquant une soixantaine de personnes.

Un gendarme du service technique de recherche de justice et de documentation - illustration - archives
Un gendarme du service technique de recherche de justice et de documentation - illustration - archives © AFP
Deux personnes, une dans l'Hérault, l'autre dans les Pyrénées-Orientales, interpellées dans le cadre d'une opération de grande ampleur appelée "Police2Pédo" comparaîtront devant la justice dans les semaines qui viennent.

Un homme de 62 ans, interpellé à Frontignan, un autre âgé de 25 ans à Perpignan, soupçonnés d'avoir téléchargé des images à caractère pédopornographique seront jugés par le tribunal correctionnel.
"L'homme originaire de Frontignan devra répondre de ses actes devant la justice le 20 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Montpellier, l'autre compaîtra dans les Pyrénées-Orientales ultérieurement", nous confirme-t-on de source judiciaire.

Vaste coup de filet

Une soixantaine de personnes avait été interpellée dans le cadre de cette opération de police menée par l’OCRVP de Nanterre (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes) dans un vaste coup de filet sur le territoire français.
L’enquête durait depuis plusieurs mois et avait permis de remonter la connexion des internautes qui échangeaient, consultaient ou téléchargeaient des fichiers à caractère pédopornographique via des logiciels spéciaux pour ne pas être repérés. Une fois leur adresse IP identifiée, les personnes ont été interpellées.

Lors des perquisitions, des dizaines de milliers de fichiers de photos et de vidéos qui mettent en scène des enfants, mais aussi des viols d’enfants, ont été saisis sur les ordinateurs.

Parmi les 60 personnes interpellées, 13 étaient déjà connues des services de police et sont  inscrites au fichier des délinquants et criminels sexuels.

L’objectif de cette opération de grande ampleur était de montrer que la police est en capacité d’intervenir partout en France et au même moment, mais surtout d'identifier les prédateurs, auteurs de viols.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pédophilie faits divers police société sécurité justice