• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Le lundi soir après le Soir 3 Un mercredi par mois après Enquêtes de région
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Après le brouillard, une histoire de résilience, un documentaire à revoir le mardi matin 31 mars vers 8h50

© © Cinética - 13 Productions
© © Cinética - 13 Productions

Siegfried Meir est un enfant des camps. Malgré son jeune âge, il survivra à l'enfer d'Auschwitz et de Mauthausen. Dans ce chaos, il rencontrera un homme qui lui sera essentiel dans sa vie pour rebondir, traverser les épreuves et se reconstruire de multiples vies, au fil du temps, à chaque fois...

Par Guiseppin Marie-France

Revoir l'émission

Un vieil homme vend des foulards sur une plage d'Ibiza. Une image qui pourrait être banale sur cet île méditerranéenne connue pour être le refuge de gens extravagants, "dilapidateurs de fortunes" ou pionniers du mouvement hippies jamais reconvertis. Pourtant, sous la lumière crue du soleil de midi, cet homme lève un regard bleu qui nous attire, un de ces regards qui en disent long sans jamais le dire.

Cette lumière est semblable à celle d'un projecteur de cinéma qui crée des ombres, les ombres que nous projetons tous, les ombres qui vivent en nous. Siegfried cherche la lumière pour gommer le passé, mais ce passé fait partie de lui pour toujours.

D'où vient-il ?  Qui est-il ?

Le vieil homme est venu maintenant parler de l'holocauste aux enfants d'un collège de l'île. Il soulève la manche de sa chemise et découvre le tatouage des prisonniers. Les enfants ne comprennent pas bien ce dont il s'agit. Un tatouage, pourquoi ? Alors le vieil homme commence à leur raconter: "Je suis né en Allemagne en 1934 d'une mère juive et d'un père roumain…", « j'ai été déporté à Auschwitz, puis à Mauthausen ... »

Extrait :
Extrait du documentaire Après le brouillard, une histoire de résilience

Un film de Luis Ortas

Une coproduction 13 Productions et Cinètica produccions
avec la participation de France Télévisions et IB3 Televisió de les Illes Balears
produit par Cyrille PEREZ et Gilles PEREZ

Avec le concours de Boris CYRULNIK, neuropsychiatre et spécialiste du concept de résilience, qui, au fur et mesure des propos de Siegfried Meir, nous apporte son éclairage sur le fonctionnement de la mémoire traumatique.


Car oui, l'histoire de Siegfried Meir est un incroyable exemple de résilience.

Comment survivre, comment se reconstruire lorsqu'on a vécu un drame et une telle horreur ? 

Comment fonctionne cette mémoire ? Comment sélectionne-t'elle pour survivre, pour avancer ? A quelle conditions un enfant traumatisé, abîmé, humilié, peut-il devenir un adulte qui réussit ?


A son arrivée dans le camp de Mauthausen, Siegdried a presque 11 ans. Dans son malheur, il a "la chance" d'être confié aux républicains espagnols et de rencontrer un homme qui le prendra sous son aile. Cet homme, Saturnino Navazo, deviendra après la guerre, son père adoptif.

Extrait :
Extrait du documentaire Après le brouillard, une histoire de résilience

"L'humain ne peut se développer que si un autre met son empreinte sur lui". Saturnino mit son empreinte sur Siegfried.

Face à la caméra, Siegfried le reconnaît : "Je n'ai aucun souvenir de mon père ou de ma mère qui me provoque quelque sentiment. Cependant, dès que je parle de Navazo..."

"...Il s'est occupé de moi comme s'il avait été ma mère. Dans cet enfer, j'ai découvert quelqu'un qui était la bonté même..."


A la libération, Siegfried adopté, prendra le nom de Luis Navazo. Avec un groupe d'espagnols rescapés d'Auchwitz, ils arriveront à Toulouse, puis s'installeront à Revel à une cinquantaine de kilomètres de là...

Saturnino Navazo est un homme bienveillant. Il rassurera l'enfant. Il lui apportera l'affection et la confiance nécessaire pour se développer mais lui donnera aussi une éducation qui lui permettra d'avancer vers une nouvelle vie.

"... Chez moi, je volais du sucre et je le mettais sous mon oreiller pour le manger la nuit. Je pouvais le prendre, mais il fallait que je le vole. Navazo ne m'a jamais enguelé. Il me disait écoute : tout ça c'est fini, maintenant tu n'en as plus besoin. Il faut que tu sois conscient. Tu dois aller à l'école et bien apprendre le français. tu dois avoir un certificat pour pouvoir travailler... ". 

Débordant d'amour et de reconnaissance pour son père adoptif, Siegfried poursuivra son chemin avec une rage de vivre, comme pour prouver à cet homme qu'il avait eu raison de le sauver et qu'il en valait la peine. Il puisera ses ressources jusqu'au plus profond de son être pour se créer une nouvelle vie, à chaque fois que cela sera nécessaire...
 

 / © Cinética - 13 Productions
/ © Cinética - 13 Productions


Siegfried deviendra couturier, puis chanteur à succès (Il rencontrera Georges moustaki et deviendra son ami proche), créateur de vêtements, restaurateur... Il fera une ascension fulgurante, jusqu'au jour où...

Boris Cyrulnik est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment, Autobiographie d'un épouvantail, Un merveilleux malheur, Les vilains petits canards, de chair et d'âme
Dans son livre "Autobiographie d'un épouvantail", il précise :

(...) 
La résilience n'est pas du tout une histoire de réussite, c'est l'histoire de la bagarre d'un enfant poussé vers la mort qui invente une stratégie de retour à la vie ; ce n'est pas l'échec qui est donné dès le début du film, c'est le devenir imprévisible, aux solutions surprenantes et souvent romanesques.




 


Un documentaire à ne pas manquer vendredi soir 27 février vers minuit et samedi 28 février vers 15h20 sur France 3 Midi-Pyrénées.
Rediffusion le mardi 31 mars vers 8h50 sur France 3 Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Limousin Poitou-Charentes


Quelques mots sur le réalisateur, Luis ortas :


Luis Ortas est né à Palma de Mallorca en 1973.
Raconter des histoires au travers de la caméra a toujours été son rêve, depuis l’enfance.
Il a étudié le cinéma à UCLA, Los Angeles, ce qui lui a permis de participer à plusieurs longs-métrages d’Hollywood.
De retour à Majorque, il commence à travailler comme producteur et réalise des films institutionnels et des vidéo-clips.
En 1997, il enseigne à L’Université des Baléares dans le cadre d’un Master audiovisuel et fonde, avec d’autres réalisateurs majorquins, l’Association des Cinéastes des Iles Baléares, qu’il préside de 2005 à 2010. Il en est aujourd’hui le vice-président.
En 2007, il crée la maison de production Cinètica Produccions, dont il est directeur et producteur exécutif.
De 2008 à 2011, il fait partie du Conseil Assesseur en Audiovisuel du gouvernement de Majorque.
Filmographie:
- «Mar de Fang» (2005) sur l’artiste plasticien Miquel Barceló.
- «Memoria i oblid d’una guerra» (2006 - 20101) (Mémoire et oubli d’une guerre), une série de 37 épisodes sur la guerre civile espagnole à Majorque pour la télévision des Baléares (15000 dvdd vendu à Majorque).
- «Amour de vivre» (2010), un documentaire sur Albert Camus pour TV3 (Catalogne) et IB3 (Baléares), tourné en France, Algérie et Espagne.
- «Le Règne de Momeràlia» (2011), un documentaire pour IB3 sur la décadence de la noblesse majorquine au début du XXème siècle.
- «La peintre sans visage» (2012), un documentaire cinématographique sur la grand peintre majorquine, disciple de Sorolla, Pilar Montaner.



Manifestation du BTP dans le Gard