Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Le lundi après le Grand Soir 3 Un mercredi par mois après Enquêtes de Région Du lundi au vendredi à 8h50
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Les inconnus du bois de la Reulle : retour sur les traces des résistants morts sous x, près de Toulouse, en 1944

© DR
© DR

Le 27 juin 1944 à Castelmaurou, près de Toulouse, quinze résistants sont assassinés par les SS dans le bois de la Reulle. Après exhumation, dix corps sont identifiés, cinq autres restent inconnus. Plus de 70 ans après, des hommes et des femmes recherchent l'identité de ces hommes, morts sous x...

Par Guiseppin Marie-France

Revoir l'émission

Le documentaire d'Agnès Pizzini, les inconnus du bois de la Reulle, raconte une incroyable et passionnante enquête historique qui associe mémoire, justice et reconnaissance.

L'histoire commence le 27 juin 1944. La division DAS REICH assassine 15 résistants dans le bois de la Reulle, à Castelmaurou, près de Toulouse.  Ces hommes, tous résistants, sortent de la prison Saint-Michel de Toulouse. Ils sont enterrés dans les tombes qu'ils ont dû creuser avant leur mort. Après la libération, les corps sont exhumés. Sur quinze corps, seulement dix sont identifiés. Cinq restent sans identités. 
A la libération... / © DR
A la libération... / © DR

Plus de 70 ans après les faits, le documentaire nous propose de suivre des familles et quelques passionnés de l’histoire dans leur quête, pour les uns de vérité, pour les autres de mémoire. Une enquête est initiée par un groupe de passionnés qui se sont donnés pour mission de retrouver l’identité de ces enterrés sous X.

Georges Muratet, à l'initiative des recherches des fusillés du bois de la Reulle / © DR
Georges Muratet, à l'initiative des recherches des fusillés du bois de la Reulle / © DR

Passées les recherches dans les archives, ils sont rapidement amenés à faire intervenir une équipe scientifique et juridique. Des enquêteurs, des citoyens, des équipes médico-légales, des historiens, tous vont unir leurs efforts afin de redonner un nom à ces morts de la 2ème Guerre Mondiale, censés être condamnés pour toujours à l’anonymat. 

Ce film est aussi la quête personnelle d'hommes et de femmes qui ont passé un temps de leur vie à rechercher un proche disparu pendant la guerre. Rose de Hepsée en fait partie. Fille d'un des résistants tués, sa mère a cherché pendant des années, à retrouver son mari disparu. Rose reprend le flambeau aujourd'hui. C'est elle-même qui part à la recherche de son père - ce héros - à la mémoire de sa mère et sa tante.
Rose de Hepcée / © DR
Rose de Hepcée / © DR

Rendre l'identité à ces hommes est un nouvel acte de victoire face à la barbarie nazi. Tous retournent dans l'histoire. Les familles peuvent vivre leur deuil et poursuivre leur chemin...

Raconter cette histoire, c'est aussi rendre justice et mémoire à tous ceux qui, comme ces hommes du bois de la Reulle, se sont battus jusqu'au bout pour libérer la France des griffes de l'oppresseur nazi.


Les inconnus du bois de la Reulle
Un documentaire d'Agnès Pizzini
Une coproduction cocottesminute productions, France Télévisions
Triangle 7, RTBF


Diffusion sur France 3 Occitanie le lundi soir 14 mai à 23h40

Commémoration au bois de la Reulle / © DR
Commémoration au bois de la Reulle / © DR


Paroles de réalisatrice : Agnès Pizzini

Un colonel de gendarmerie m'avait mise sur la piste de l'histoire des fusillés du bois de la Reulle. Et moi, je me suis mise sur la piste de Georges Muratet. Je l'ai eu en ligne 2 heures durant. Et là, j'ai compris qu'il avait dans cette affaire une formidable aventure humaine.

Autant de gens d'univers différents, issus de la police scientifique, de la justice, de la société civile, qui se sont jetés à corps perdus, unis par cette volonté farouche de faire surgir la mémoire, là où elle a été effacée, pour qu'elle retrouve sa place dans le fil de l'histoire.
Identifier pour répondre à la barbarie et à l'obscurantisme.

Agnès Pizzini, réalisatrice du documentaire Les inconnus du bois de la Reulle / © DR
Agnès Pizzini, réalisatrice du documentaire Les inconnus du bois de la Reulle / © DR

Le moment le plus marquant de ce tournage a été le jour où nous avons tourné la partie fiction qui raconte ce qui s'est passé le 27 juin 1944 dans le bois de la Reulle. Ce jour là, il faisait 42 degrés, le jour le plus chaud de l'année. Les figurants portaient des costumes de résistants, d'autres de SS. On devait tourner seulement 2 heures et finalement on a passé 6 heures dans le bois dans une chaleur suffocante. Les figurants ont été formidables. Tous venaient des villages alentours. Ils ont été pris par leur rôle. Au début, je ne comptais pas filmer leurs visages et puis la séquence était tellement forte que j'ai monté leurs visages, leurs expressions.

© DR
© DR





Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture