• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Le lundi soir après le Soir 3 Un mercredi par mois après Enquêtes de région
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

L'invention de la Camargue ou la véritable histoire du marquis de Baroncelli

Un documentaire sur un personnage illustre, le marquis Folco de Baroncelli. Ame poétique, homme engagé, cultivé, qui, tombé amoureux fou de la Camargue, lui consacre sa vie. Histoire d'un aristocrate devenu paysan et véritable mythe dans cette région du Sud du Languedoc...

Par Guiseppin Marie-France

Revoir l'émission

Le marquis Folco de Baroncelli-Javon est né le 1er novembre 1869 à Aix en Provence et est mort le 15 décembre 1943 à Avignon.

Entre ces deux dates, cet homme a accompli une œuvre immense : l’invention d’un pays, en lui donnant une identité à travers la mise en place de traditions et de coutumes, d’un folklore riche qui est toujours en place aujourd’hui…

La Camargue est née d’un rêve : celui du marquis de Baroncelli.

Camargue... / © Vincent Froehly
Camargue... / © Vincent Froehly

Un film de Vincent FROEHLY
une coproduction SUPERMOUCHE PRODUCTIONS et FRANCE TELEVISIONS 

A voir lundi 9 janvier 2017 au soir vers minuit sur France 3 occitanie.
Rediffusion le mercredi 11 janvier 2017 vers 8h50 sur France 3 Occitanie et France 3 Nouvelle Aquitaine.

Un film hommage à Baroncelli 

Le marquis Falco de Baroncelli est l’un de ces illustres personnages dont le nom reste à jamais associé à une région, un territoire. Totalement inconnu au niveau national, on ne jure que par lui en Camargue.

Portrait du marquis Folco de Baroncelli / © Supermouche productions
Portrait du marquis Folco de Baroncelli / © Supermouche productions
C’est une histoire d’amour, mais entre un homme et une terre, qui visiblement méritait d’être aimé comme une femme : le film nous entraine dans ce récit où l’engagement du marquis de Baroncelli a eu des influences décisives jusqu’à aujourd’hui encore.

Rarement pourra-t-on témoigner d’une telle symbiose… et d’une telle volonté de mener haut une terre qui semblait être abandonnée aux proscrits, aux vagabonds et à quelques vachers sans grande importance…

Toro de Camargue / © Vincent Froehly
Toro de Camargue / © Vincent Froehly

Ce film plonge dans l’histoire d’un lieu et d’un peuple : comment exister et faire exister sa culture à une époque où le jacobinisme français faisait rage, à l’époque où la révolution industrielle faisait foi d’un progrès qui allait finir par écraser le monde rural et paysan, et par là même faire disparaître la multitude de langues et cultures régionales ?

La Camargue dont les riches propriétaires rêvaient d’en faire une seconde Beauce française, drainée, aseptisée de ses marais et enfin rentable, eut à subir ce joug comme les autres régions : elle a failli devenir une région comme une autre.

Mais le marquis lutta de toutes ses forces pour cette culture, pour la langue provençale et pour ce lieu, à la manière d’un résistant face à la toute puissance d’un envahisseur !

Camargue... / © Vincent Froehly
Camargue... / © Vincent Froehly

Porté par Mistral...et d'autres vents 

Avec l’aide de son ami Frédéric Mistral, le Marquis de Baroncelli  crée un journal en 1891, l’Aïoli, qui défend ce monde fragile, mais qui n’avait pas envier de se laisser piétiner et de mourir sans lutter.  Si Mistral menait le front dans les salons avignonnais, Baroncelli s’en va explorer le Sud, la Camargue. Et c’est le coup de foudre !

© Vincent Froehly
© Vincent Froehly

Il découvre un lieu où pour lui tout est possible…
Une sorte de page blanche sur laquelle il pourra inventer une histoire… son histoire qui deviendra une légende.

Dès lors tous les thèmes liés à la Camargue devenaient sujets et causes à défendre, luttes à mener, ou simplement articles dans l’Aïoli !

Le journal l'Aioli... / © Supermouche productions
Le journal l'Aioli... / © Supermouche productions
Le marquis mena avec lui vers les hautes sphères de la dignité cette Camargue et tout ce qui l’a compose : les vachers devinrent des gardians avec une noblesse dans leurs rangs et leur manière de monter ; les jeux camarguais populaires se transformèrent en jeux codifiés, nobles et valeureux rappelant les joutes des chevaliers ; la langue quittait le statut de patois pour devenir langue de poète à part entière, glorifiant les traits d’un pays porté par Mistral et d’autres vents encore, bonifiant la pensée et inspirateur au possible.

Bref, de sauvage, la Camargue est devenue noble ; d’insalubre, elle a atteint le sacré ; de terre sans avenir elle s’est métamorphosée en sanctuaire de la liberté.

Camargue... / © Vincent Froehly
Camargue... / © Vincent Froehly

Traditions provençales / © Vincent Froelhy Si les traces du marquis sont visibles partout dans la Camargue d’aujourd’hui (son symbole : la croix en forme d’ancre surmontant un cœur ; les règles des jeux camarguais, abrivado, courses camarguaises… ; la tenue des gardians ; le pèlerinage des gitans aux Saintes Maries de la Mer ; etc…), il faudra cependant s’interroger sur ce qu’il reste de cette culture qui fut au cœur de son œuvre.

Ce film en racontant l’histoire du Marquis de Baroncelli, homme un peu fou qui a toujours ouvert sa porte aux plus faibles et aux plus démunis, se veut aussi poème et réflexion, par amour total pour ce lieu merveilleux que seul l’hiver semble encore pouvoir sauver de lui-même et de ses faiblesses !

Un vrai marquis, un vrai homme 

Il arrive qu'un homme "invente" un pays, Tel est le génie du marquis de Baroncelli, qui voua sa vie à la Camargue.

Folco de Baroncelli / © Folco de Baroncelli
Folco de Baroncelli / © Folco de Baroncelli

Issu dune famille florentine installée dans le Comtat Venaissin au XVe siècle, Folco de Baroncelli est né en 1869 à Aix.

Maison des Baroncelli / © Vincent Froehly
Maison des Baroncelli / © Vincent Froehly

Sa famille, quoique aristocratique, parlait le provençal, une véritable hérésie à l'époque où cette langue ne pouvait être que celle du peuple. Ses premiers contacts avec les taureaux remontent à son enfance, passée au château de Bellecôte, à Bouillargues, près de Nimes, chez sa grand-mère.

Frédéric Mistral / © Supermouche Productions Les troupeaux y faisaient étape au moment de la remontée vers les pâturages de la petite Camargue. Après ses études à Avignon, alors ville taurine et capitale des félibres, il rencontre Mistral (cf photo) et Roumanille. Dès 1890, il publie un premier ouvrage en provençal, « Babali », et dirige avec Mistral le journal L'Aioli.

La découverte de la Camargue va alors sceller son destin. Il sera manadier envers et contre tout Le temps de se marier avec la fille d'un propriétaire de Châteauneuf-du-Pape, et en 1895 il s'installe en Camargue où il crée la "Manado santenco", aux Saintes-Maries-de-la-Mer, Devant tant de détermination et de passion Mistral lui déclare: "je te confie la Camargue."

Qu'est-ce que la Camargue en cette fin de XIXe siècle ?

Endigué depuis moins de trente ans, c'est un pays encore hostile, un bout du monde....un pays insalubre. Il y fait chaud ou froid, les moustiques pullulent, l'été les marécages empestent, les gens y sont pauvres et travaillent durement. Mais l'imagination enflammée et poétique de Folco de Baroncelli n'en a cure.

Il voit bien autre chose : une terre provençale intacte, la gardienne d'une identité: 'J'ai voué ma vie à un idéal: la Provence, et je n'ai embrassé mon métier que pour mieux servir cet idéal, pour me trouver plus près du peuple provençal, pour mieux arriver jusqu'à son coeur et pour mieux l'aider à sauver son passé de gloire, sa langue et ses coutumes."

Coutumes gitanes des Saintes-Marie-de-la-mer / © Vincent Froelhy Course camarguaise de l'époque / © Supermouche productions Le Wild West Show et ses indiens d'Amérique / © Vincent Froelhy En 1853, le mariage de l'Espagnole Eugénie de Montijo avec Napoléon III avait ouvert la voie de la tauromachie en France, mais les taureaux camarguais n'étaient alors qu'un bétail dégénéré à demi-sauvage dont on s'amusait parfois. Il supportait mal la comparaison avec les fougueux « toros » de corridas.

En 1869, Christophe Yonnet tente les premiers croisements entre race brave espagnole et race camarguaise. Malgré sa large diffusion dans les manades, le résultat médiocre de ce croisement inapte à la tauromachie espagnole comme aux jeux provençaux qui émergent timidement marque le début de la reconquête de la pure race Camargue. Le marquis, avec d'autres, en est le grand ordonnateur, tout comme il participe activement à la codification de la course camarguaise naissante. La sélection draconienne qu'il opère est récompensée en1909 par son taureau Prouvenço, historique cocardier qui déchaine les foules, baptisé ainsi autant pour ses qualités esthétiques que combatives.

Etrange destinée que celle de cet aristocrate qui accepta de vivre dans des conditions matérielles difficiles pour servir la cause provençale. Tous les témoignages insistent sur la grande humanité et la générosité de l'homme. Mais le trait marquant de son caractère, outre sa ténacité, réside dans ses prises de position en faveur des minorités opprimées. Il s'insurge contre l'agression des Boers, défend les vignerons du Languedoc, les Indiens d'Amérique, rencontrés dans le cirque de Buffalo Bill, et qui le surnomment « Oiseau Bon » (Zinkala Waste).

Il défend les républicains espagnols, et bien sûr les gitans pour qui il obtient en 1935 le droit d'honorer publiquement leur patronne, Sainte Sara. Lors de la Grande Guerre, il échappe de peu au conseil de guerre pour propos antimilitaristes; il dénonce le projet d'assèchement du Vaccarès, se bat pour la création d'une
réserve, manifeste pour le maintient des courses camarguaises, témoigne pour le maire communiste des Saintes-Maries-de-la-Mer, proteste en 1940 auprès de Daladier après des manoeuvres de tirs d'avions dans le Vaccarès.

Bref… il est de tous les combats et contrairement à Don Quichotte de la Mancha… il en perdit peu !

Jeanne de Flandreysy

Impossible de raconter le Marquis sans évoquer celle qui fut l'amour de sa vie. Jeanne de Flandreysy
Jeanne de Flandreysy / © SUPERMOUCHE PRODUCTIONS
De son mariage avec Henriette Constantin, Folco de Baroncelli aura trois filles. Mais les moustiques et la rudesse de l'endroit auront vite raison de leur couple. Henriette reviendra vivre dans son domaine de naissance et ne fera plus que des passages, de plus en plus épisodiques, sur les terres de son époux...

Au début du siècle en 1908, à l'époque où les cinéastes, ramenés par Baroncelli, découvrent la terre camarguaise et y plantent leurs caméras, notre marquis fait la connaissance de Jeanne de Flandreysy (cf photo).

Lors du tournage de "Mireille", film adapté du livre de Frédéric Mistral, Folco la découvre et en tombe éperdument amoureux.

Femme indépendante et libre, journaliste au Figaro, ils avaient tous deux la faculté et la volonté d'écrire leur propre histoire. Tous deux dotés de tant d'amour de liberté, de détermination et de ténacité.

Jeanne deviendra son pilier, son meilleur défenseur et l'épaulera dans toutes les épreuves de sa vie...

Le marquis de Baroncelli et Jeanne / © Supermouche productions
Le marquis de Baroncelli et Jeanne / © Supermouche productions

Vincent Froehly, auteur et réalisateur du film

Vincent Froehly, auteur et réalisateur du film / © DR
Vincent Froehly, auteur et réalisateur du film / © DR

Vincent Froehly tente de faire des films depuis 25 ans, en Europe, en Afrique et en Amérique ! Il n’a toujours pas trouvé de formule magique et reprend son métier à zéro à chaque film engagé… (c'est lui-même qui le dit...) . Cela laisse la foi et l’engagement intacts : la curiosité ne s’altère jamais.

Depuis le début, ses sujets de prédilections tournent autour du monde agricole, de la petite paysannerie quasiment disparue aujourd’hui en France.

Nombreux films qu’il a réalisés ont été primés à des festivals internationaux : « Liebsdorf-city »  tourné en Alsace et plus particulièrement « Le pays où vivait la terre » tourné en Roumanie,  ont été distingués de multiples fois. Vincent Froehly a été sélectionné plusieurs fois au Fipa à Biarritz ou au Cinéma du Réel à Paris, où il a remporté le prix Pierre Perrault. Dans tous ses films, le réalisateur donne la parole à ceux qui ne l’ont jamais, privilégiant les rencontres et la liberté de parole des « petites gens »…

SON RAPPORT À LA CAMARGUE :

Lorsqu’en classe de troisième au collège de Ferrette en Alsace, la professeur de Français voulait organiser le voyage de classe à Paris… comme d’habitude… Vincent Froehly s’est insurgé et a provoqué une petite révolte. Lui ne voulait pas aller dans cette capitale qui décide de tout, mais en Camargue, terre de liberté ! Toute la classe a suivi sa proposition au grand dam du professeur de Français qui voyait en Paris la « capitale de la culture »… Résultat des courses… La classe de troisième a fait son voyage vers le Sud…mais s’est arrêté dans le Jura !

Ne pas aller à Paris était déjà une victoire… mais la Camargue restait un rêve… ce qui n’était peut-être pas plus mal !

« L’invention de la Camargue ou la véritable histoire du légendaire marquis de Baroncelli » est le troisième film que Vincent Froehly tourne en Camargue. Il bat au moins un record cette fois-ci : celui du titre le plus long pour un documentaire ! Avant il y a eu le film « Joe Hamman, le français qui inventa le western » avec France 3 Languedoc-Roussillon et un autre film « La guerre des tellines » pour l’émission Géo 360° du samedi soir sur Arte, qui montrait le vieux métier de pêcheur à pied.

Saintes-Marie de la Mer / © Vincent Froehly
Saintes-Marie de la Mer / © Vincent Froehly

Les intervenant(e)s du film

Rémy VENTURE, historien de la Camargue
Olivier CALLÉRIZA, photographe
Louis MILLET, Adjoint au conservateur du Palais du Roure
Fanette JUDLIN-HILLS, écrivain et ami du marquis
Pierre AUBANEL, manadier et petit-fils du marquis
Estelle ROQUETTE, conservateur du musée de la Camargue
Coutume gitane de Saintes-Marie-de-la-Mer - Retour de Sara vers la mer / © Supermouche productions
Coutume gitane de Saintes-Marie-de-la-Mer - Retour de Sara vers la mer / © Supermouche productions

L'équipe technique et artistique du film

Scénario, réalisation et image : Vincent FROEHLY
Son, assistant réalisation et étalonnage : Corentin BAEUMLER
Musique et voix : Henri MULLER
Montage : Benjamin GÉHANT
Montage son et Mixage : Grégoire DESLANDES
Camargue / © Vincent Froehly
Camargue / © Vincent Froehly


le MHB enfin victorieux en ligue des champions