Etang de Thau : une expérience est en cours sur les daurades sauvages

Les pêcheurs de l'étang de Thau capturent des daurades sauvages et les maintiennent en vie pour les vendre plus tard. Une expérience d'aquaculture menée avec le lycée de la mer à Sète - 20/10/2016 / © F3 LR
Les pêcheurs de l'étang de Thau capturent des daurades sauvages et les maintiennent en vie pour les vendre plus tard. Une expérience d'aquaculture menée avec le lycée de la mer à Sète - 20/10/2016 / © F3 LR

C'est la saison de la migration des daurades sauvages entre l'étang de Thau et la Méditerrannée. L'occasion pour les pêcheurs professionnels de tenter une expérimentation, avec le lycée de la Mer à Sète : les capturer et les maintenir vivantes. Explications dans cet article.

Par Carine Alazet

C'est une expérience originale qui est en cours à Sète . Les pêcheurs professionnels ont capturé des daurades sauvages vivantes lors de la grande migration, celle qui les voit passer de l'étang de Thau vers la mer et fait traditionnellement la joie des pêcheurs à la ligne de la Pointe-Courte à Sète.
Les pêcheurs à la ligne se pressent à la Pointe-Courte à Sète pour pêcher des daurades sauvages, lors de leur migration vers la mer. Archives / © F3 LR
Les pêcheurs à la ligne se pressent à la Pointe-Courte à Sète pour pêcher des daurades sauvages, lors de leur migration vers la mer. Archives / © F3 LR

Chaque année, des centaines de pêcheurs se bousculent sur les quais de la Pointe Courte pour profiter de la grande migration des daurades... Près de 1000 tonnes de ce poisson transitent par le grau entre l'étang et la mer...

Une pêche miraculeuse qui fait le bonheur des amateurs, mais pas des professionnels: l'afflux des daurades fait plonger les cours du poisson sur le marché.

Les pêcheurs professionnels de l'étang de Thau tentent cette année une nouvelle expérience et capturent les daurades sauvages vivantes.
Ils veulent les  conserver du mieux possible dans des bassins jusqu'à Noël, quand les prix du marché remontent, avec l'idée de créer un marché de poissons vivants comme il en existe en Asie.
Les daurades sauvages de l'étang de Thau sont capturées vivantes puis placées dans des viviers. Un procédé plus complexe qu'il n'y paraît au 1er abord - 20/10/2016 / © F3 LR
Les daurades sauvages de l'étang de Thau sont capturées vivantes puis placées dans des viviers. Un procédé plus complexe qu'il n'y paraît au 1er abord - 20/10/2016 / © F3 LR

Les daurades seront conservées dans des grands aquariums... C'est le lycée de la mer qui est charge du baby sitting dans cette opération. 

2 viviers ont été constitués pour mener l'expérience: dans l'un, les daurades seront nourries avec des granules d'aquaculture et dans l'autre, avec les moules de l'étang, pour voir quel effet ces procédés auront sur le goût des poissons.
Mais aussi sur la rentabilité de la méthode.

Premiers résultats de l'expérience vers le 10 décembre prochain avec une dégustation de ces daurades sauvages apprivoisées.

Le reportage à Sète de Sébastien Banus et Franck Detranchant : 

Expérimentation sur les daurades sauvages : explications en images
Une expérimentation est en cours sur les daurades sauvages de l'étang de Thau : elles sont capturées puis maintenues vivantes pour être vendues plus tard. Reportage de Sébastien Banus et Franck Detranchant - France 3 LR

Sur le même sujet

Les + Lus