Feria des vendanges à Nîmes : quatre oreilles dans une corrida matinale très accidentée

Pour le premier rendez-vous matinal de la feria des vendanges, samedi, à Nîmes, Juan Bautista a coupé trois oreilles et le maestro espagnol Rafaelillo, qui a remplacé David Mora blessé, a récolté un trophée.

Nîmes - Rafaelillo dans l'arène pour la feria des vendanges - 17 septembre 2016.
Nîmes - Rafaelillo dans l'arène pour la feria des vendanges - 17 septembre 2016. © maxppp

Un lot de Puerto de San Lorenzo, correctement présenté (avec trois pensionnaires de l'élevage remplacés en piste à cause d'accidents en cours de combats) a été combattu dans le cadre de cette corrida. Il a offert des comportements très divers et a proposé au final un spectacle long et aux aspects très changeants.

Face à un premier adversaire fuyant, Rafaelillo a proposé une faena très technique et efficace, parvenant à retenir dans sa muleta un toro peu propice à une démonstration esthétique. Par la suite, devant un opposant présentant un danger aigu, il a abrégé.
Pour Juan Bautista, matinée plus lumineuse. Devant un premier excellent adversaire, l'Arlésien a composé une faena montrant toute sa maîtrise de la situation, toréant avec souplesse et aisance et dessinant notamment des séries de la main droite d'un relief artistique indéniable. Devant l'animal suivant, moins évident, il s'est encore employé avec ardeur pour donner à son combat un rythme régulier.
Matinée moins colorée pour Miguel Angel Perera. Devant un toro manquant de force et de transmission d'abord, puis face au suivant, blessé, il n'a eu à aucun moment l'occasion de s'exprimer vraiment.


Arènes de Nîmes samedi : première corrida matinale de la feria des vendanges 

Rafaelillo: une oreille et silence
Juan Bautista: deux oreilles et une oreille protestée
Miguel Angel Perera: silence et silence

Bétail: toros de Puerto de San Lorenzo, correctement présentés mais de jeu inégal.
Trois toros blessés en cours de combat ont dû être changés. Le deuxième de la matinée a eu droit à un tour de piste posthume.
Temps: ciel changeant 
Entrées: 5.500 spectateurs
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féria de nîmes culture fêtes locales tauromachie tourisme économie