Gard : la cagnotte ouverte pour restaurer le mammouth de Durfort explose les records

Publié le Mis à jour le
Écrit par valentin Pasquier et June Raclet
Le mammouth star du Muséum d'histoire naturelle de Paris a été découvert à Durfort (Gard) en 1869.
Le mammouth star du Muséum d'histoire naturelle de Paris a été découvert à Durfort (Gard) en 1869. © PATRICK KOVARIK / AFP

Début novembre, le Museum d'histoire naturelle de Paris lançait une campagne de financement participative pour restaurer le squelette du mammouth découvert dans la commune gardoise de Durfort en 1869. Deux semaines après son lancement, la cagnotte en ligne frôle déjà les 100 000 euros de dons.

Les fans du mammouth de Durfort se mobilisent pour éviter qu’il ne s’effrite. Deux semaines après le lancement d’une cagnotte en ligne pour financer la restauration de son squelette qui montre des signes de détérioration, le palier des 100 000 euros de dons est sur le point d’être atteint.

Fixé à 5 000 euros, le premier palier de cette cagnotte en ligne créée le 10 novembre, avait été dépassé en moins de 24 heures. Pour sauver la vedette de sa galerie de paléontologie, le Muséum national d'histoire naturelle de Paris espère réunir au total 400 000 euros. Un objectif réalisable puisqu’il reste encore 45 jours avant la fermeture de la cagnotte.
 

Parrainer le piédestal du mammouth

Les opérations de restauration devront durer neuf mois : les os du mammifère géant seront désassemblés, nettoyés et consolidés. Sa posture deviendra plus dynamique et donc plus conforme à son époque. Les scientifiques estiment que le mammouth marchait à l'amble, les deux pattes du même côté bougeant simultanément, comme les éléphants d'aujourd'hui.

Le prochain palier de 100 000 euros permettrait notamment la restauration du piédestal historique qui soutient le mammouth depuis son exposition en Galerie de Paléontologie en 1898.

Avec un don de 300 euros, "chaque donateur pourra parrainer le mammouth de Durfort et associer son nom ou celui d'un proche à la modélisation virtuelle de son piédestal historique ", esplique sur son site le musée du jardin des Plantes de Paris, qui souligne l'intérêt "scientifique, patrimonial et pédagogique" du spécimen. "Cela permettra d'avoir une sorte de lien affectif entre ce magnifique mammouth et les gens qui vont nous aider," explique Bruno David, président du musée, à FranceInfo
 
En effet, le squelette de Durfort est l'une des plus importantes carcasses de mammouth découvertes dans le monde. Mesurant 4 mètres de haut pour 7 mètres de long, c'est le plus gros mammouth exposé au public sur la planète.

Découvert par hasard dans le Gard

Le squelette de Durfort, du nom de la commune du Gard dans laquelle il a été découvert en 1869, est arrivé au musée parisien en 1872. Il y est exposé au public depuis 1898, soit depuis plus de 120 ans, et n'a jamais connu de restauration depuis.

Il a été découvert par hasard dans ce village près d'Anduze. Lors de la rénovation d'une route, des passants ont aperçu une forme inhabituelle émergeant du sol. En s'approchant, ils constatèrent qu'il s'agissait d'une défense d'éléphantidé.

Avec l'accord du propriétaire du terrain, l'ingénieur Paul Cazalis de Fondouce et l'archéologue Jules Ollier de Marichard organisent alors des fouilles. Le gigantesque squelette de mammouth est mis au jour, ainsi que les ossements d'autres mastodontes et hippopotames, présents eux aussi dans ce gisement de Durfort. Ils envoyèrent à Paris en 1872 le squelette gigantesque du mammouth en pièces détachées, dispersées dans 31 caisses. Cela fait 150 ans qu'il est présent au musée.

Ce mammouth de Durfort s'est éteint il y a un million d'années, probablement après avoir été embourbé. Son espèce s'est éteinte il y a environ 10 000 ans, faute de s'être adaptée au changement climatique lié à l'ère glaciaire qui régnait alors sur terre.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.