Gard : à Sommières, on enfouit une ligne à haute tension avant la construction du futur lycée

L'enfouissement de la ligne à haute tension de Sommières (Gard) a commencé en novembre 2019 / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie
L'enfouissement de la ligne à haute tension de Sommières (Gard) a commencé en novembre 2019 / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie

En janvier 2020, la construction du nouveau lycée de Sommières (Gard) devrait commencer. Mais il faut d'abord préparer le terrain qui devra accueillir le chantier, et cela commence par le démontage d'une ligne à haute tension à l’ouest de la ville, dans la zone de Massanas.

Par Valérie Luxey

A Sommières, dans le Gard, la ligne à haute tension fait partie du paysage depuis 55 ans. Mais très bientôt, ses quelque 2 kilomètres de câbles électriques supendus dans les airs vont disparaître de la vue des Sommiérois pour être enfouis.
 
La ligne à haute tension de Sommières (Gard) avant son enfouissement / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie
La ligne à haute tension de Sommières (Gard) avant son enfouissement / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie

Objectif : libérer un terrain à l'entrée de la commune, dans la zone de Massanas. C'est là que doit démarrer en janvier 2020 la construction du 18ème lycée du département.


Choisie parmi 7 communes candidates


Dès la rentrée 2021, ce sont près de 1200 lycéens qui devraient faire leur rentrée dans ce futur établissement financé par le Conseil Régional d'Occitanie. La présidente de Région Carole Delga (PS) l'a elle-même annoncé le 31 août 2019, après 3 ans de réflexion.
 

Le projet, estimé à 45 millions d'euros et lancé en 2016, avait suscité l'intérêt de plusieurs communes : 7 d'entre elles s'étaient portées candidates, dont Vauvert, qui espérait bien emporter la décision. Mais ce sera finalement Sommières. Sur ce secteur de Sommières-Quissac, le gain de temps de trajet pour les adolescents devrait être de 30 à 45 minutes par jour, selon les études.


Une réserve de biodiversité pour compenser l'urbanisation


Il faut dire que le village avait pris les devants : sans attendre l'issue de la compétition, Sommières s'était engagée à enfouir sa ligne à haute tension aérienne. Elle a aussi sanctuarisé un autre terrain pour préserver la faune et la flore endémiques du secteur, comme l'explique Jean-Pierre Bondor, l'adjoint au maire délégué à l'urbanisme :
 

Il y a la couleuvre de Montpellier, quelques papillons, une variété de roses : on a donc été obligés de compenser par une vingtaine d'hectares de réserve, sur lesquels on ne pourra rien faire pendant 30 ans.


A l'approche du début des travaux, le planning est très serré, car des fouilles archéologiques préventives doivent encore avoir lieu avant le lancement du chantier de construction du lycée, d'un gymnase et du déplacement de la route, en janvier 2020.
 
Câble de ligne à haute tension à Sommières (Gard), novembre 2019 / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie
Câble de ligne à haute tension à Sommières (Gard), novembre 2019 / © Christophe Monteil, France 3 Occitanie

Quant à la ligne à haute tension, son raccordement sera achevé d'ici début décembre 2019. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus