Gard : Stanislas, jeune autiste de 6 ans expérimente la méthode des 3i

Stanislas, diagnostiqué autiste à l'âge de 2 ans et demi, suit depuis quelques années la méthode des 3i, une méthode de simulation par le jeu. Si cette dernière n'est pas encore reconnue par les médecins, les progrès du petit garçon gardois sont déjà flagrants.

Par Cyrielle Cabot

Un jeu qui permet de sortir de sa bulle. Tous les jours, Stanislas, 6 ans, se rend dans une salle d'éveil installée à Villevieille, près de Sommières, dans le Gard.
Le jeune garçon, diagnostiqué autiste à 2 ans et demi, vient jouer pendant une heure et demi avec une bénévole. Depuis quelques mois, il suit la méthode des 3i, une méthode de simulation par le jeu qui se veut "intensive individuelle et interactive". Grâce à différentes activités ludique, l'enfant parviendrait à "sortir de sa bulle"

Créée en 2005 par la grand-mère d'un jeune garçon autiste, la méthode n'a pas encore été reconnue par les médecins. Pourtant, elle a déjà fait ses preuves : 38% des enfants en ayant bénéficié suivent une scolarité en école classique par la suite.

Gard : Stanislas, jeune autiste de 6 ans expérimente la méthode des 3i
Stanislas, diagnostiqué autiste à l'âge de 2 ans et demi, suit depuis quelques années la méthode des 3i, une méthode de simulation par le jeu. Si cette dernière n'est pas encore reconnue par les médecins, les progrès du petit garçon sont déjà flagrants.

"Il y a deux ou trois ans, il ne pouvait pas rentrer dans un magasin"


Pour Stanislas aussi, les progrès sont indiscutables. En quelques années, sa mère l'a vu se métamorphoser. Lui qui pouvait à peine communiquer peut maintenant se faire comprendre. "Au début il ne nous voyait pas, maintenant il nous reconnaît, il répète quelques mots", explique Bernadette, l'une des bénévoles. "Même s'il ne parle pas très bien il me montre par ses gestes et on le comprend très bien. Il n'est pas frustré, il est heureux", ajoute sa maman. 

Grâce à ces premiers progrès, Stanislas est actuellement à la phase 2 de la méthode des 3i. "En phase 1, on ne sort pas de la salle d'éveil, on aide l'enfant à sortir de son petit monde. En phase 2, on peut sortir, on fait une balade ou on va à la biliothèque", explique Mariette, une autre bénévole. Et se de rappeler : "Il y a deux ou trois ans, il ne pouvait pas rentrer dans un magasin."

A terme, Stanislas devrait atteindre la phase 3, celle de la scolarisation. Mais chaque chose en son temps. 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'info au bahut à Montpellier

Près de chez vous

Les + Lus