• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : le tournage du film de Nicolas Vanier se veut écoresponsable

Dans le film de Nicolas Vanier, Julie Gayet joue Louise, une parisienne qui retourne vivre avec sa fille dans son village d'enfance - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
Dans le film de Nicolas Vanier, Julie Gayet joue Louise, une parisienne qui retourne vivre avec sa fille dans son village d'enfance - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot

Nicolas Vanier est de retour dans le Gard pour le tournage de son film, Mon ami Poly, un long métrage, remake d'une série télé des années 60, avec comme acteurs principaux Julie Gayet, François Cluzet et Patrick Timsit. Un tournage qui s’inscrit dans une démarche locale et écoresponsable.

Par Joane Mériot

Le charme du Sud

Montclus, village de 200 habitants situé au nord du Gard en limite avec l'Ardèche est l’un des plus beaux de France. C’est ici que Nicolas Vanier, cinéaste français connu pour être proche de la nature, a choisi de poser ses caméras pour tourner plusieurs scènes de son futur long métrage mon ami Poly :

Je recherchais une nature, une nature colorée, des villages qui ne soit pas abîmé comme ils le sont pas ces trente dernières années, qui ont tout perdu de leur âme et de ce qui faisait la beauté de ces villages de l’époque, et donc j’ai trouvé ça ici à Montclus.
Nicolas Vanier, réalisateur

Nicolas Vanier et Julie Gayet sur le tournage du film, Mon ami Poly - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
Nicolas Vanier et Julie Gayet sur le tournage du film, Mon ami Poly - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot

Mon ami Poly, c'est l'histoire de Louise, une parisienne qui après son divorce, retourne vivre dans son village d'enfance avec sa fille Cécile. Cette dernière va se prendre d'amitié pour le poney vedette du cirque Poly, situé juste à côté de son village. Très vite, elle va se rendre compte que l’animal est maltraité et va donc l’aider à s’évader.


L’accueil des habitants


Un long métrage qui nécessite trois mois de tournage dans les différents paysages du département du Gard. Au total, il y a près de 32 lieux de tournage dans le Gard, dont le village de Montclus où se situe le fameux cirque :
 

Il y a déjà des petits téléfilms qui ont été tournés dans la région, mais jamais de long métrage comme celui-ci, nous confie Benoît Trichot, le maire de Montclus, et c’est vrai que c’est toujours plaisant, et les habitants ont vraiment joué le jeu, certains ont prêté leur maisons pour faire des décors, ajoute-t-il.


Un accueil qui a particulièrement marqué et aussi touché l’équipe de tournage :

On a eu un accueil extraordinaire de la part des habitants ici, c’est très rare dans pratiquement aucun de mes films j’ai ressenti une telle unanimité parce que forcément il y a toujours un certain pourcentage de la population qui trouve qu’un tournage est dérangeant et là ce n’est pas le cas. C’est très agréable car beaucoup de personnes viennent me voir pour me dire merci, ça met en valeur notre village, notre région, les gens sont contents et c’est vraiment agréable, et c’est la première fois à ce point-là, nous dit Nicolas Vanier.

 

800 figurants du coin


L'équipe du film a pu compter sur la sympathie des habitants et sur leur participation aussi. Certains se sont prêtés au jeu de la figuration, c'est le cas de Carole qui joue plusieurs rôles en une journée :

Ce matin je faisais un couple qui partait en vacances avec sa fille, cet après-midi je devais faire semblant de rentrer du marché et ce soir je passais le balai, c'est une belle expérience.

 
Carole Bergeri, habitante de Saint-Marcel-de-Careiret, dans le Gard, est figurante pour le film de Nicolas Vanier - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
Carole Bergeri, habitante de Saint-Marcel-de-Careiret, dans le Gard, est figurante pour le film de Nicolas Vanier - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot

Eric, lui est garagiste au village d’à côté, il a prêté ses voitures de collections et aussi son jeu d’acteur :

La régisseuse est passée au garage à Goudargues, elle a repéré les voitures et le tracteur donc je me suis retrouvée chauffeur de tracteur sans le vouloir.


Au total, 800 figurants originaires de la région ont été recrutés pour des rôles plus ou moins importants. C’est le cas de Yohan, 11 ans, il a hérité d’un plus gros rôle, venu de Moussac pour soutenir sa sœur lors des castings de figuration, il est finalement repéré pour jouer le rôle de Bruno, le fils du boucher et aussi le chef d’une bande :

Moi je joue Bruno, je suis le chef d’une bande, j’ai 13 jours de tournage et en fait, ma bande ne veut pas que Cécile la fille qui arrive de Paris fasse évader le cheval Poly, explique le jeune garçon.

 
Yohann Druin joue Bruno dans le film de Nicolas Vanier - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
Yohann Druin joue Bruno dans le film de Nicolas Vanier - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
 

Un tournage écoresponsable


Si l’ambition de ce tournage est très local, c’est parce qu’il s’inscrit dans une démarche écoresponsable, l’un des premiers tournages en France à se faire dans cette logique.

Je n’ai pas l’intention de changer le monde avec un film, confie Nicolas Vanier, mais c’est vrai que nous nous trouvons dans une situation qui est assez catastrophique. On a mis en place un certain nombre de choses pour essayer d’avoir une empreinte qui soit la plus faible possible, ça passe par la consommation de produits locaux et ça passe aussi par utiliser toute la figuration et les petits rôles de la région.


J’ai une équipe qui me suit depuis très longtemps et qui a un amour de la nature proche du mien. Donc c’est une démarche assez naturelle pour toute l’équipe, confie le réalisateur.

 
Le film de Nicolas Vanier, Mon ami Poly, devrait sortir d'ici la fin de l'année 2020 - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot
Le film de Nicolas Vanier, Mon ami Poly, devrait sortir d'ici la fin de l'année 2020 - juin 2019 / © France 3 LR - J.Mériot

Celui qui chapote tout ça, c’est Matthieu Delahousse, il est le régisseur général du film et aussi à la tête d’une startup spécialisée dans l’éco tournage, il nous explique comment et pourquoi ça s’est fait sur le tournage du film mon ami Poly :

Avec Nicolas Vanier, et l’équipe nous avons voulu inscrire ce film dans une démarche écoresponsable, c’est à dire que l’on a voulu réduire nos déchets, on essaye d’éviter le gaspillage, là nous sommes à l’étude du recyclage et de la récupération des décors par exemple. Et au maximum, nous avons essayé de travailler localement, pour moi ça c’est la base de l’écologie.

Pour moi, tout industrie doit réduire son bilan écologique, et le cinéma bien sûre doit le faire d’autant qu’avec son impact médiatique il a forcément beaucoup plus de poids.
 

Le reportage de Joane Mériot et Lucien Thélu.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

A Carcassonne, de l’électricité bientôt produite grâce au fleuve Aude ?

Les + Lus