Intempéries. Gard : 20 résidents d'un camping inondé d'Aimargues en quête de logement

Les traces des pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Gard mardi sont encore bien visibles à Aimargues. Dans le camping de cette commune de la Petite Camargue, les résidents sinistrés encore sous le choc, dorment sur des lits de fortune. Certains n'ont plus de domicile.

Les visages sont fatigués, les regards tristes. Pour certains résidents du camping "Le belle vue" à Aimargues dans le sud du Gard, c'est toute une vie qui est partie avec les trombes d'eau de pluie, du 14 septembre.

Anne-Lise, une femme de 63 ans sous assistance respiratoire, s'inquiète : "Cette nuit, on va coucher ici, mais après, comment on va faire ? Je ne peux pas retourner dormir dans mon mobil-home, il y a trop d'humidité ...".

Mercredi soir, encore secoués par ces pluies diluviennes, plusieurs personnes ont passé une seconde nuit sur des lits de fortune installés dans une salle municipale.

Le camping inondé et évacué comme en  2014

Mardi en fin d'après-midi, une soixantaine de résidents du camping ont dû être évacués en urgence par minibus jusqu' au foyer rural de la commune. Une partie d'entre eux, venus dans le Gard pour faire du tourisme, a pu regagner leur domicile. Mais pour d'autres, les personnes qui vivent là à l'année, la situation est grave, car ils se retrouvent désormais sans logement.

"Toute ma vie était là, et elle s'est en allée d'un seul coup avec tous mes souvenirs" raconte une résidente en montrant une photo de son mobil-home cerné par des eaux boueuses. "Je n'ai pas récupéré mes petits chats, et çà cela me fait mal" soupire-t-elle devant notre caméra.

D'autres personnes venaient juste de finir des travaux d'aménagement. Les pluies torrentielles du dernier épisode méditerranéen ont tout ruiné.

Appel à la préfecture du Gard

La municipalité a fait de son mieux pour aider ces naufragés, mais elle ne pourra pas les accueillir bien longtemps sur des lits de camp.

J'en appelle au préfet du Gard pour qu'il nous aide ! Nous avons une vingtaine de famille sans solution. On ne sait pas où on va les reloger dans le temps, c'est inquiétant.

Jean-Paul Franc, maire sans étiquette d'Aimargues.

Aimargues, commune de quelque 5.600 habitants, est malheureusement habituée à ce type de catastrophe : lors des très violentes intempéries de 2002, 80% du village avait été inondé. En 2014, le même camping avait déjà dû être évacué.

Aujourd'hui, un plan d'aménagement et de prévention des inondations est en cours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo inondations économie social intempéries logement société