Cet article date de plus de 3 ans

Maltraitance à l'abattoir du Vigan : la structure gardoise devrait rouvrir avant la fin de l'année

Après les actes de cruauté révélés dans l'abattoir du Vigan en 2016, deux dossiers de reprise du site avaient été déposés. La communauté de communes du Pays Viganais a décidé de n’en garder qu’un : celui défendu par une quarantaine d’éleveurs locaux.
L'abattoir du Vigan, dans le Gard - 5 octobre 2017
L'abattoir du Vigan, dans le Gard - 5 octobre 2017 © France 3 LR
Une éclaircie pour l’abattoir du Vigan, dans le Gard.

Deux dossiers de reprise pour l'abattoir du Vigan


On se souvient des images de maltraitance tournées dans cet abattoir par l’association L 214 en février 2016. Le site avait dû être fermé. L’un des trois employés poursuivis avait été condamné à huit mois avec sursis. Depuis, deux dossiers de reprise du site avaient été déposés. La communauté de communes du Pays Viganais a donc décidé mercredi soir de n’en garder qu’un : celui défendu par une quarantaine d’éleveurs locaux.

L'abattoir devrait rouvrir avant la fin de l'année


L'abattoir du Vigan a toutes les chances de rouvrir ses portes d'ici la fin de l'année. C'est en tout cas le souhait de la communauté de communes du Pays Viganais, qui y a investi plus d'un million d'euros. Au cours de son conseil communautaire de mercredi soir, la collectivité a confirmé sa volonté de rester propriétaire de l'outil mais d'en déléguer la gestion. Deux candidats étaient en lice dont l'un était en redressement judiciaire.

Un reportage de Jérôme Curato et Pascale Barbes
durée de la vidéo: 01 min 25
Maltraitance à l'abattoir du Vigan : l'abattoir devrait rouvrir avant la fin de l'année ©Fr3 LR


Des éleveurs locaux seuls en lice


Sans trop de suspense, c'est donc la coopérative bouchère paysanne et sa quarantaine d'éleveurs associés qui devraient reprendre l'abattoir. Une délégation sous forme d'un bail emphytéotique de 18 ans, avec un loyer à verser au Pays Viganais.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie abattoirs enquêtes justice société alimentation polémique politique animaux sorties et loisirs