À Nîmes, la vente de trottinettes électriques connaît un boom depuis le début de la crise sanitaire

L'épidémie de Covid-19 pousse les Français à repenser leur mobilité : certains ont délaissé les transports en commun pour se tourner vers des moyens de locomotion alternatifs et en plein air. À Nîmes, les ventes de trottinettes électriques explosent depuis plusieurs mois. 

Depuis plusieurs mois, la trottinette électrique a le vent en poupe.
Depuis plusieurs mois, la trottinette électrique a le vent en poupe. © Joane Mériot / France Télévisions.

Dans ce petit atelier nîmois, c'est l'effervescence. Arnaud Porée et ses quatre salariés fabriquent, réparent et peaufinent les trottinettes électriques qui doivent sortir de l'entrepôt.

Leur bébé, c'est la "Lab'elle Véloce", un modèle composé à 55 % de matériaux français : la trottinette est notamment conçue avec du hêtre des Vosges.

Il y a des choix qui ont été faits par rapport à l'objectif du produit : il se devait d'être haut de gamme et de qualité. Nous avons préféré privilégier des éléments qu'on trouve très facilement en Europe et qu'on n'a pas besoin d'aller chercher en Asie.

 Arnaud Porée, fondateur d'Airlab Industrie.

Depuis la fin du premier confinement, les ventes ont augmenté de 50 % pour ce modèle : léger et pliable, il semble plaire aux citadins qui sont de plus en plus nombreux à faire évoluer leurs habitudes depuis le début de la crise sanitaire. 

Repenser la mobilité

Pour éviter de transmettre ou d'attraper le virus, certains usagers préfèrent désormais éviter les transports en commun et se concentrer sur les moyens de locomotion individuels et en plein air. Pas étonnant donc que la trottinette ou encore le vélo rencontrent un succès en ce moment. 

Selon Arnaud Porée, il y a aussi une volonté des Français d'adopter des modes de consommation plus responsables, locaux et solidaires. Et la crise sanitaire n'y serait pas pour rien.

Les produits "low-cost" chinois, c'est bien quand on est dans une logique de consommation. Les gens ont sans doute dû se rendre compte qu'il fallait consommer local pour que la valeur ajoutée reste chez nous. On gagnerait tous énormément à consommer plus proche et plus local.

 Arnaud Porée, fondateur d'Airlab Industrie.

Pour le chef d'entreprise, le marché de la trottinette électrique a encore de beaux jours devant lui, et pas seulement dans la région nîmoise.

En 2019, plus de 400 000 produits se sont écoulés en France, soit une hausse de 105 % par rapport à l'année précédente selon le cabinet Smart Mobility Lab. Pas encore connus, les chiffres 2020 s'annoncent encore plus élevés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société mobilité économie transports entreprises