Alerte sécheresse dans le Gard : la gestion du barrage de Sénéchas remise en question

Publié le
Écrit par Valérie Luxey, Alexandre Rozga, Christelle Nicolas

Face à l'alerte sécheresse précoce déclenchée sur le bassin de la Cèze, certains acteurs de ce territoire du Gard redoutent une pénurie d'eau cet été. Ils pointent du doigt la gestion du barrage de Sénéchas, censé soutenir le débit de la rivière en période de bas niveaux.

Sur le bassin de la Cèze, les débits des cours d’eau ne cessent de baisser et la situation devient critique. Dans le Gard, la préfecture a émis une alerte sécheresse renforcée et limite déjà les usages. Il est interdit d’arroser les espaces verts et espaces sportifs publics et privés, ainsi que les potagers entre 8 heures et 20 heures. Idem pour les cultures, dont l'irrigation est même interdite un jour sur 2 si le prélèvement se fait en cours d'eau ou en nappe alluviale.

De là à remettre en question la gestion du barrage de Sénéchas qui régule le débit de la rivière, il n'y a qu'un pas que certains acteurs locaux n'hésitent plus à franchir. Le 16 juin dernier, une vision a saisi Alain Coste, le vice-président de l'Association Pour la Pêche en Milieu Aquatique : dans le lit à sec de la Cèze, des poissons morts à perte de vue. Deux semaines plus tard, revenu sur les lieux, le pêcheur du Gard raconte :

Je vois que l'eau est un peu revenue, ça me fait chaud au cœur, parce que voir tous ces poissons dans une mare... On aurait pu amener de la mayonnaise, ils étaient tout cuits ! J'ai de l'espoir, j'espère qu'il va pleuvoir parce que sinon, l'eau ne tiendra pas plus de 15 jours.

Alain Coste, vice-président de l'Association Pour la Pêche en Milieu Aquatique

Dans un article documenté, le magazine environnemental numérique Reporterre relatait à la mi-juin comment les pêcheurs gardois de l'association Les Amis de la Cèze organisent des pêches de sauvegarde pour relâcher les poissons dans les parties où l'eau coule encore, afin d'éviter le triste spectacle d'une faune aquatique asphyxiée que dévoile dans le tweet le site Météo Languedoc :

Précocité inédite

Pour les agents du Syndicat de Rivière, ces à-secs ne sont pas vraiment exceptionnels, mais particulièrement précoces, comme l'explique Laury Sohier, le directeur du syndicat mixte AB Cèze :

On a constaté environ 2 kilomètres d'à-secs sur la Cèze, on n'a pas vu ça depuis 2003, c'est assez soudain et c'est venu très tôt, en juin, alors que sur ce secteur-là, ça arrive en général en août.

Laury Sohier, directeur du syndicat mixte AB Cèze

Des aléas qui n'ont pas permis au barrage de Sénéchas de se remplir en prévision des mois d'été. Situé en amont de la rivière, à la frontière de l'Ardèche, il a toujours pour vocation de retenir les crues cévenoles, mais il permet aussi, depuis 1984, de soutenir le débit naturel de la Cèze. Un supplément d'eau pour assurer les prélèvements destinés au réseau d'eau potable, à l'industrie et à l'agriculture.

Une retenue d'eau devenue insuffisante

Alors, Joël Mercier, le président de l'association syndicale autorisée Irrigation Saint-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan/Barjac, est inquiet : "l'irrigation va s'arrêter dès que les rochers vont affleurer et qu'il n'y aura plus d'eau aux pompes. Ensuite, les agriculteurs vont se retrouver avec des cultures non-irriguées, pas de récolte derrière, pas d'eau à cause d'une mauvaise gestion du barrage ! Il y a des questions à se poser".

durée de la vidéo : 02min 29
Sécheresse précoce au niveau de la Cèze entre le Gard et l'Ardèche ©FranceTV

Une remise en cause de la gestion du barrage qui est ancienne. Pour remplir les stocks nécessaires, les 2 pertuis en forme de grandes portes sont fermés entre le 1er mai et le 30 juin. L'ancien maire (Divers Gauche) de Saint-Ambroix Daniel Pialet a conservé toutes les études qui concluaient déjà en 2008 à la nécessité de revoir ce règlement :

Le Conseil Départemental du Gard, propriétaire de l'ouvrage, envisageait d'anticiper la fermeture des pertuis au 1er avril. Résultat des courses : on n'a rien fait. On reste toujours sur le même règlement !

Daniel Pialet, ancien maire (DVG) de Saint-Ambroix (Gard)

Plaidoyer pour un nouveau mode de gestion

Tous les secteurs de la Cèze ne sont pas touchés de la même manière, mais à défaut de pluies conséquentes d'ici le 15 juillet en amont du barrage, la situation de crise pourrait s'aggraver sur l'ensemble du bassin versant et affecter tous les usages de l'eau.