Coronavirus : au CHU de Nîmes, presque deux fois plus de personnels soignants contaminés que de patients selon la CGT

Le CHU Carémeau de Nîmes dans le Gard aurait plus de personnels soignants positifs au coronavirus / © FTV
Le CHU Carémeau de Nîmes dans le Gard aurait plus de personnels soignants positifs au coronavirus / © FTV

Une centaine de professionnels hospitaliers aurait été détectée positive au Covid-19 pour près de 60 patients atteints du même virus. C’est ce que dénonce le syndicat CGT du CHU Carémeau de Nîmes.

Par Daniel De Barros

C'est la direction du CHU elle-même qui le 3 avril dernier confirmait au personnel que 79 soignants hospitaliers étaient positifs au Covid-19. En parallèle, 57 patients étaient soignés pour le même virus dans l'établissement. Mais l'épidémie interne ne se serait pas arrêtée là.

Selon le syndicat CGT du CHU de Nîmes dans un communiqué, 21 autres agents d'un service auraient aussi été infectés par le virus le week-end dernier :


On a quasiment deux fois plus de personnes touchées parmi le personnel que chez les malades. C'est intolérable" s’indigne Nathalie Argenson, secrétaire CGT du CHU.

 


Manque de protection dénoncé

Le syndicat pointe du doigt un manque criant de matériel de protection, notamment des masques : 

"Avant le 23 mars, la direction interdisait le port de masque dans certains services. Depuis, une note de service de la direction générale oblige l’ensemble du personnel à porter un masque. La direction gère la pénurie comme elle peut".
 

La CGT veut savoir où en est le stock de masques disponibles au CHU et quand arriveront les masques commandés. Le syndicat déplore également que, sauf pour les services en  première ligne, la direction ne fournisse aux employés qu’un seul masque par jour : «Nous ne sommes pas les adversaires de la direction. Nous voulons juste éviter la double peine pour le personnel atteint : la maladie et une baisse de leurs revenus».

Pour cela, la CGT demande que les professionnels touchés par le coronavirus soient considérés comme victimes d’un accident du travail. Le syndicat envisage également de porter plainte contre les pouvoirs publics, en fin de pandémie, après avoir discuter avec ses instances nationales.

Contactée ce jeudi par France 3, la direction du CHU nous a dit vouloir faire le point exact de la situation avant de communiquer, probablement la semaine prochaine, lors d'une conférence de presse.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus