Coronavirus Gard : "gants souillés, masques possiblement contaminés, voilà ce qu'on trouve dans les déchets du tri !"

Gants et masques usagés employés pour se protéger du coronavirus ne doivent en aucun cas être mélangés aux déchets ménagers du tri sélectif. Un centre de tri gardois tire la sonnette d’alarme. Il demande que soit assurée la sécurité sanitaire de ses agents.
 
Gants, masques de protection et autres retrouvés de plus en plus en quantité importante dans les déchets normalement seulement ménagers à trier, c'est l'alerte du Sitom Sud Gard.
Gants, masques de protection et autres retrouvés de plus en plus en quantité importante dans les déchets normalement seulement ménagers à trier, c'est l'alerte du Sitom Sud Gard. © Sitom Sud Gard
Le Sitom Sud Gard est un syndicat intercommunal chargé du traitement des déchets des 308 000 habitants de 81 communes du département. Il dispose à Nîmes d’un incinérateur et d’un centre de tri. Et depuis le milieu de la semaine, au milieu des sacs d’ordures  ménagères habituels, ses agents découvrent de plus en plus et en grande quantité des gants, des masques, du matériel médical ou des mouchoirs usagés : 

Voilà ce que l'on retrouve désormais : des gants souillés, des masques de protection usagés...
(Aurélia, trieuse)

Cela ne devrait pas être là mais dans des sacs fermés!
(Mounir, trieur)


Des agents exposés

Certes, ils sont eux-mêmes gantés et protégés par un masque. Mais ils trient à la main certains de ces déchets et ne sont donc pas complètement à l’abri d’une éventuelle contamination. Les plus exposés sont ceux chargés du pré-tri en début de chaîne, la suite étant en partie gérée par un système de tri optique. Récent et nécessitant une intervention manuelle inférieure aux plus anciens, ce centre est le seul encore ouvert dans le Gard.
 
Des agents protégés mais ulcérés de voir le non-respect par certains habitants des règles de tri, d'hygiène et de sécurité face à la menace de propagation du coronavirus via les déchets.
Des agents protégés mais ulcérés de voir le non-respect par certains habitants des règles de tri, d'hygiène et de sécurité face à la menace de propagation du coronavirus via les déchets. © Sitom Sud Gard

Le cheminement des déchets médicaux des professionnels, en provenance par exemple du CHU de Nîmes, est très strict. Ceux-ci sont regroupés dans des caisses hermétiquement fermées qui prennent la direction de l’incinérateur, sans passer par le centre de tri. Mais avec l’utilisation massive actuelle de gants ou de masques, les particuliers jettent directement le matériel usagé dans leur poubelle habituelle dévolue au tri sélectif. 

Les agents ont même trouvé des sacs contenant des poches de dialyses et des tubes de perfusion, 

raconte Magali Ramos, responsable de communication du Sitom Sud Gard. ‘’Le personnel se dit inquiet. Pas question pour lui de cesser le travail mais il ne veut prendre aucun risque. Respectez les femmes et les hommes qui travaillent pour vous !’’.
 
Les préconisations du Sitom Sud Gard aux habitants pour ne pas mélanger déchets ménagers et déchets de protection contre le coronavirus.
Les préconisations du Sitom Sud Gard aux habitants pour ne pas mélanger déchets ménagers et déchets de protection contre le coronavirus. © Sitom Sud Gard


Comment respecter les consignes

Masques, gants ou blouses usagés doivent d’abord être collectés dans un sac hermétiquement fermé puis conservé 24 heures. Ce sac peut ensuite être déposé dans un sac poubelle classique qui, une fois fermé, peut être jeté dans un bac d’ordures ménagères.

Seuls les emballages ménagers (boîtes de conserve, bouteilles plastiques, cartons ou sachets) vont au tri. Cette double protection permet de garantir la sécurité des collecteurs en cas de déchirure. (Sitom Sud Gard) 

Habitué à la sensibilisation régulière de la population, le Sitom Sud Gard insiste aujourd’hui sur l’importance de respecter les consignes de tri, en pleine crise sanitaire.
  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société environnement nature sécurité pollution