Distance d’épandage des pesticides : dans le Gard, les agriculteurs craignent pour leurs surfaces

Photo d'illustration / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Photo d'illustration / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le gouvernement prépare un décret dans lequel sera prévue une distance minimale entre les champs traités avec des pesticides, et les habitations. Avant le décret, les agriculteurs du Gard font savoir qu’ils ne veulent pas d’une zone tampon trop grande.
 

Par RD avec Esmeralda Terpereau

Rien n’a encore été décidé par le gouvernement : et pour cause, le sujet est sensible. Avant la publication d’un décret, prévue pour début 2020, sur les distances minimales à respecter entre habitations et zones d’épandage de pesticides, une consultation publique a été lancée. Dans le Gard comme dans le reste du pays, les agriculteurs ont leur avis : pas question de leur imposer des distances minimales trop importantes. Dans le département, plus de 20% des surfaces cultivées pourraient disparaître si la distance était fixée à 150 mètres.

150 mètres, c’est la distance qu’a choisie d’appliquer le maire de Langouet, en Ile-et-Vilaine, dans un arrêté municipal. Mais le gouvernement propose lui plutôt une distance de dix mètres pour les cultures hautes (vignes ou arbres fruitiers), et de cinq mètres pour les cultures basses (comme les céréales). Pas assez pour les associations écologistes, mais déjà trop pour les agriculteurs. Pour eux, cela revient en effet à réduire leurs parcelles, puisqu’ils ne pourraient pas traiter les parties les plus proches des maisons.
 

"Décaler les maisons"


"Les cultures qui sont là sont des cultures pérennes, ce n’est pas à nous d’arracher des pieds de vigne mais aux constructeurs de décaler les maisons", objecte Delphine Fernandez, présidente des Jeunes Agriculteurs 30. En d’autres termes, les agriculteurs souhaiteraient ne pas être les seuls à faire des efforts.

Les permis de construire sont délivrés par les maires, ce sera donc à eux de trancher. En attendant, la consultation publique s’achève à la fin du mois. Les résultats seront centralisés et analysés, avant l’élaboration d’une charte nationale. Mais dans le cas où des chartes locales auraient été signées, ce sont ces dernières qui prévaudront.
 
Distance d’épandage des pesticides : dans le Gard, les agriculteurs craignent pour leurs parcelles
Avec : Boris Bechard, viticulteur ; Delphine Fernandez, présidente Jeunes Agriculteurs 30 ; Pilar Chaleyssin, présidente de l'association des maires du Gard - Reportage : Esmeralda Terpereau, Pascale Barbès et Franz Ventura


 

Que dit la loi aujourd'hui ?

A l'heure actuelle, aucune distance minimum n'est fixée entre les zones d'épandage de produits phytosanitaires et les zones d'habitation. L'épandage est malgré tout partiellement encadré, puique la loi interdit par exemple la pulvérisation et le poudrage en cas de vent supérieur à 20 km/h. Comme le rappelle Le Monde, l'usage dans les espaces fréquentés par des enfants (écoles, crèches), est également interdit. 

Sur le même sujet

Les + Lus