EVENEMENT. Une cheminée de 250 mètres de haut abattue ce mercredi dans le Gard, un important dispositif de sécurité déployé

C'est une géante d'un autre temps qui doit être abattue ce mercredi 7 juin, sur le site de l'ancienne centrale thermique d'EDF, à Aramon, dans le Gard. Cette cheminée domine le Rhône depuis ses 250 mètres de haut. Un important dispositif de sécurité va être installé.

Cette immense cheminée rouge et blanche constitue l'un des symboles du passé industriel du Gard Rhodanien. Elle doit tomber du haut de ses 250 mètres sur le site de l'ancienne centrale thermique d'EDF d'Aramon, dans le Gard, vers 10 h 30, mercredi 7 juin.

Composé de brique et de béton, l'ouvrage mesure 29 mètres de diamètre à sa base et 13 mètres de diamètre au plus haut.

Des spécialistes de ce type de chantier vont le faire basculer en le fragilisant avec des charges explosives. 

Où et comment assister à l'événement ?

Si vous souhaitez assister au spectacle, il faut vous rendre avant 9h30 mercredi matin devant la salle Eugène-Lacroix, à Aramon, pour ensuite rejoindre le site La Lône.

Sur place, une quarantaine de photos de la cheminée, prises par les Aramonais, seront exposées.

Mais attention, à partir de 9h30, plusieurs accès routiers seront fermés dans le secteur et ce jusqu'à la fin de la matinée :

  • La RD2 (Beaucaire-Avignon / Avignon-Beaucaire) depuis le barrage de Vallabrègues et jusqu’au rond-point devant l'entreprise Sanofi.
  • RD 126 (Aramon-Montfrin / Montfrin- Aramon) depuis l’entrée de ville au niveau du lotissement des Charmettes (mas du Lapin) et jusqu’à la jonction de la RD126 et RD500. 
  • RD702 (Quartier les agasses – jonction entre la RD126 et la RD2). Leur fermeture est prévue jusqu'à 11h30, sauf la RD702 (quartier des agasses) qui restera fermée toute la journée.

La circulation fluviale sera aussi mise à l'arrêt entre 9h30 et 11h30.

Un important dispositif de gendarmerie et de policiers municipaux sera déployé sur Aramon.

L'usage de drônes est interdit dans un rayon de 500 mètres autour de la centrale.

Une histoire industrielle

La centrale d’Aramon, située sur la rive droite du Rhône, était dédiée depuis 1977 à la production électrique avec du fioul. Après avoir produit de l'électricité pendant 40 ans, elle a cédé ses 55 hectares à un parc photovoltaïque, capable d’alimenter 3500 foyers.

Lorsque elle tournait à pleine puissance, cette centrale comptait deux unités de production capables de produire l’équivalent de la consommation de la ville de Marseille.

La centrale d’Aramon produisait lors de pics de consommation électrique, en période de grands froids ou d’indisponibilité d’autres moyens de production.

Avec la crise pétrolière de 1973, l’ensemble des moyens humains et financiers se sont tournés vers l’énergie nucléaire pour garantir l’indépendance énergétique de la France.

L'avénement du nucléaire a signé l'arrêt de mort du thermique. Devenue trop chère à faire fonctionner, la centrale d’Aramon a été de moins en moins sollicitée, avant d'être mise définitivement à l'arrêt en avril 2016.