Feria de la Pentecôte : trois oreilles coupées face aux toros de Fuente Ymbro

Nîmes - Juan Del Alamo à la feria de Pentecôte - 8 juin 2014. / © AFP PHOTO/ BERTRAND LANGLOIS
Nîmes - Juan Del Alamo à la feria de Pentecôte - 8 juin 2014. / © AFP PHOTO/ BERTRAND LANGLOIS

Face à un bétail de l'élevage de Fuente Ymbro, les matadors Juan Del Alamo et Juan Jose Padilla ont coupé respectivement, dimanche, deux oreilles et une oreille, dans le cadre de la sixième corrida de la feria de Nîmes.

Par Fabrice Dubault


Très bien présenté, le lot a donné un jeu très irrégulier, certains exemplaires réclamant une grande vigilance à cause du danger qu'ils présentaient.

Pour sa confirmation d'alternative, Juan Del Alamo a montré tout son engagement. Très souvent en position délicate devant les cornes des toros, le jeune maestro, avec cran et détermination, a dirigé des combats prenants conclus par des estocades immédiatement efficaces.

A ses côtés, Juan Jose Padilla, face à son dernier adversaire surtout, a proposé toute la palette de son toréo. Avec les banderilles d'abord, où il a obtenu un réel succès, le matador andalou, avec sa personnalité très extravertie et son style très particulier, a offert un combat d'une grande générosité, ponctué par une estocade profonde.

Avec Ivan Fandiño, les aficionados ont eu à juger deux combats intenses. Face à chacun de ses adversaires, en effet, d'un danger visible, il a montré toute sa vigilance et sa sincérité. Avec la muleta, si les séries n'ont pas pu avoir une harmonie idéale, Ivan Fandiño a eu le mérite de ne jamais ménager ses efforts, affrontant avec une superbe vaillance la menace des toros.

Arènes de Nîmes : sixième corrida de la feria de Pentecôte
 
Juan Del Alamo : une oreille et une oreille
Juan Jose Padilla : deux avis avec silence et une oreille
Ivan Fandiño : silence et saluts
Bétail : toros de Fuente Ymbro, très bien présentés, avec un jeu irrégulier et possédant du danger
Temps : ciel dégagé
Entrée : 8.500 spectateurs

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : agriculteurs et parc national des Cévennes au bord du divorce

Les + Lus