Gard : 60 personnes tuées sur les routes depuis le début de l’année

60 morts dans le Gard : c’est deux morts de plus que l’année dernière à la même période. Alors que la soirée du 31 décembre approche, le préfet et les pompiers appellent à la prudence sur les routes.

Deux silhouettes pour représenter deux personnes mortes sur les routes du département du Gard en 2017 accrochées sur les grilles de la Préfecture, en octobre.
Deux silhouettes pour représenter deux personnes mortes sur les routes du département du Gard en 2017 accrochées sur les grilles de la Préfecture, en octobre. © France 3 LR
Au 29 décembre, 60 personnes ont perdu la vie sur les routes du Gard en 2017. Un bilan très lourd, qui dépasse celui de l’année dernière : 58 personnes étaient mortes en 2016.

Le mois de novembre a été particulièrement meurtrier, avec 11 tués sur les routes du département, contre 6 un an plus tôt. Pourtant les accidents ont été moins nombreux : 35 en novembre 2017, contre 49 en novembre 2016. Mais ils ont été plus graves. Notamment parce que certaines règles élémentaires de sécurité n’ont pas été respectées : sur ces 11 morts, 8 ne portaient pas de ceinture de sécurité.

Plus largement, sur les 14 derniers tués sur les routes gardoises, 11 personnes n’avaient pas de ceinture de sécurité.

Début novembre déjà, interrogé par France 3 Occitanie, le préfet du Gard Didier Lauga appelait à plus de responsabilité de la part des conducteurs.

Sécurité routière : "à se demander s'il y a un code de la route dans le Gard !"

Depuis le début de l'année, 51 personnes ont déjà perdu la vie dans un accident de la route dans le Gard. Un triste bilan, qui inquiète le préfet Didier Lauga, et exaspère le procureur de la République de Nîmes, Erick Maurel. Tous deux déplorent l'inattention trop fréquente des conducteurs.



Mais ceux-ci ont toujours des conduites dangereuses, comme l’ont montré les opérations de contrôle menées le week-end de Noël : 13 dépassements de vitesse ont été enregistrés, mais aussi 6 contrôles sous l’emprise d’alcoolémie, ou encore 3 contrôles sous l’emprise de stupéfiants.



Alors que la soirée du réveillon du jour de l’an approche, le préfet comme les pompiers ont réitéré leurs appels à la prudence sur les routes.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité