"Je fais des jeux de société avec mes parents, on discute" : 10 jours sans écran et ces enfants se reconnectent

Depuis dix ans dans le Gard, des écoles maternelles et élémentaires lancent à leurs élèves le défi de passer "10 jours sans écran". L'opération vise à faire perdre aux enfants le réflexe de passer l'essentiel de leur temps libre devant la télévision, la console ou le téléphone portable.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans le village de Fourques dans le Gard, les écoles maternelles et élémentaires se prennent au jeu pour la dixième fois. Objectif : réduire au maximum le temps passé sur un écran en dehors de l'école.

Si les enfants savent déjà qu'ils sont entourés d'écrans, ils connaissent moins les dangers de la surexposition au numérique.

Ces 10 jours organisés par l'équipe éducative sont donc une manière de les aider à prendre conscience que les écrans sont nocifs pour eux.

Effort collectif

Chacun déploie ses efforts à la maison mais de retour en classe, chaque élève déclare ses efforts de déconnexion et peut accumuler jusqu'à cinq points par jour.

Classe après classe, le rituel du comptage de points est quotidien. Il matérialise l'investissement de tous dans le défi.

Petit à petit, l'école tout entière monte les marches de l'échelle du temps gagné sur les écrans. Un temps gagné qui est rendu disponible pour faire autre chose.

"Je ne lisais pas trop avant"

Adan Morel est en CM2. Chez lui, il a deux consoles et un téléphone. Comme ses camarades de classe, il s'est engagé à se déconnecter le plus possible pour une vie sans télévision ou tablette... et ça fonctionne !

C'est très chouette, par exemple, je ne lisais pas trop avant et grâce à ces dix jours je lis ! Je trouve ça très facile.

Adan Morel - élève en CM2

Un effort qui joue sur le comportement des enfants à l'école mais aussi sur les temps à la maison, comme l'admet le jeune garçon "je fais même des jeux de société avec mes parents, on discute et c'est mieux".

80% du temps périscolaire sans écran

Pour le corps professoral, l'objectif du défi c'est de faire passer aux enfants 80% de leur temps périscolaire loin d'un écran.

Avec les enseignants, les parents d'élèves et quelques associations du village, on va proposer des activités en dehors du temps scolaire pour montrer aux enfants qu'il y a d'autres choses à faire.

Carole Brun - Directrice de l'école André Malraux

Alors en dehors des temps d'école, le soir notamment, les enfants peuvent danser, bricoler, jouer aux échecs, faire du vélo, de la randonnée et même de l'équitation.

Dix ans du défi

Cette année, le défi "10 jours sans écran fête ses 10 ans".

Il est d'abord né d'un constat que Carole Brun a fait sur ses enfants "je me suis rendu compte de la différence du rapport aux écrans entre mon dernier enfant et mon aîné. C'était bien plus dur pour moi de gérer le temps d'écran de mon dernier plutôt que du premier."

Puis d'une rencontre avec un Canadien travaillant contre les effets néfastes des écrans sur les enfants, essayant de trouver des solutions.

Troubles de l'attention, difficultés à se concentrer, sommeil perturbé : aujourd'hui, la directrice de l'école constate que les effets des écrans deviennent de plus en plus notables au fil des années.

Avec les petits on sent qu'ils sont moins concentrés et moins longtemps. Avec les plus grands on se retrouve à devoir gérer à l'école les problèmes relationnels qu'ils ont sur les réseaux sociaux.

Carole Brun - Directrice de l'école André Malraux