Maison carrée inscrite à l’Unesco : les réactions s’enchaînent au pied du monument et sur les réseaux sociaux

Le temple romain, édifié au début de notre ère, a été inscrit lundi 18 septembre au patrimoine mondial de l'Unesco. L’édifice devient le 51e bien Français à figurer sur la liste.

Tous les projecteurs sont désormais braqués sur la maison carrée de Nîmes et les réactions de personnalités se multiplient après son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.
La ministre de la Culture, Rima Abdul Mala a rapidement publié sur X, "heureuse de ce succès pour la ville de Nîmes que nous avons soutenue avec conviction "

Comme elle, des élus de tous bords partagent la même émotion et fierté de la ville de Nîmes.

Au pied du monument, Fédérico Nicotra et Eric Mangani ont pu constater que le mot Unesco est bien le sujet de toutes les conversations des Nîmois. Le mot fierté revient dans les bouches des personnes interrogées.

Il s’agit d’un temple romain parmi les mieux conservés au monde, alors de nombreux amoureux d’histoire félicitent cette inscription.

Préserver le patrimoine, c’est impératif. Je suis content qu’on en prenne soin.

Un habitant de Nîmes

La Maison carrée est aussi protégée au titre des Monuments historiques depuis 1840 (classement)

Retombées économiques

"C’est une dynamique pour la ville de renommée mondiale", se réjouit Houcine Rezgui, gérant du café latin. Comme lui, les commerçants aux abords du monument, comptent bien profiter de cette manne. Cette inscription a un effet d’augmentation de fréquentation touristique de l’ordre de 25 à 50 % selon les sites. L’an dernier, la maison carrée a attiré 65 000 visiteurs. 

On partage l’émotion du maire, c’est important que nous l’ayons. C’est un plus pour tout le monde, pour la ville, mais aussi pour les propriétaires autour. Tout va augmenter c'est certain.

Nicolas Bernard, commerçant

Rayonnement mondial

Certains riverains ne cachent pas leurs inquiétudes face au tourisme de masse de ce type d’inscription. Le classement au patrimoine mondial de l'UNESCO de la cité épiscopale d' Albi avait doublé la fréquentation touristique avant son inscription .  

Les réseaux de transports en commun et les infrastructures pour accueillir les touristes en masse ne sont pas au point, alors c’est dommage que la candidature soit acceptée sachant que la ville ne remplit toujours pas ces conditions qui avaient été soulignées lors du refus en 2018.

Une Nîmoise

Le dossier de la ville de Nîmes avait été retoqué en 2018. La ville espérait la reconnaissance du caractère exceptionnel de l'ensemble de ses sites romains. Mais la décision a été "différée", les experts n'ayant pas apprécié la présence à proximité immédiate de monuments modernes. Nîmes a alors recentré sa candidature sur la Maison Carrée, rouverte au public l'été dernier après rénovation. 

Ecrit avec Federico Nicotra

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité