METEO. Record de pluie : à Nîmes, le mois de mars "le plus humide" depuis 100 ans

Un record est tombé après le nouvel épisode méditerranéen du week-end, celui du mois de mars le plus "humide" à Nîmes. La capitale du Gard a été particulièrement arrosée. La station météo de Nîmes-Courbessac n'avait jamais enregistré une telle pluviométrie en 100 ans de relevés.

Le Gard restait, ce lundi 1er avril en milieu d'après-midi, en vigilance orange aux crues après le nouvel épisode méditerranéen qui a balayé la région depuis vendredi. Des trombes d'eau se sont encore abattues sur le Languedoc et un record est même tombé : celui du mois de mars le plus humide depuis 100 ans.

250,4 millimètres de pluie ! C'est ce qui sera tombé sur l'ensemble du mois de mars au niveau de la station météo de Nîmes-Courbessac, relève Météo Languedoc dans un post Facebook publié lundi 1er avril. Selon le site d'information spécialisé, il s'agit d'un record de pluviométrie. Mars 2024 serait ainsi le "plus humide jamais enregistré depuis l'ouverture de la station". Pour Météo Languedoc, cela représente "une anomalie de +460% de la moyenne pluviométrique d'un mois de mars habituel".

À Nîmes, le record de pluviométrie avait d’ores et déjà été battu dès le 28 mars, avec un cumul de 191 millimètres, note Météo France et le nouvel épisode de fortes pluies du week-end a permis "d'exploser" ce record. Depuis la mi-février, les épisodes de pluie marqués ont été récurrents : "une telle succession d’épisodes pluvieux est inédite pour un mois de mars", selon l'organisme de prévisions.

Des épisodes qui se sont répétés et qui ont été particulièrement intenses, notamment le 9 mars dernier. En une seule journée, 200 millimètres s'étaient ainsi abattus sur les Cévennes. Les 9 et 10 mars, les fortes pluies avaient entraîné une crue des rivières. Six personnes étaient décédées, emportées par les eaux, après s'être engagées sur des ponts submersibles.

Si les épisodes méditerranéens font partie du climat du sud-est de la France, ils se produisent généralement en automne. "Seuls 10% de ces épisodes se produisent au printemps, et surtout en mai", explique La Chaîne Météo. Le média spécialisé précise que "le secteur des Cévennes est le plus exposé à ces pluies intenses qui s'y produisent là-bas de 5 à 7 fois par an en moyenne"