Bannière résultats municipales

VIDEO. Municipales 2020 : revoir le débat du second tour à Bagnols-sur-Cèze

Le maire sortant Divers Centre de Bagnols-sur-Cèze (Gard), Jean-Yves Chapelet, refusant de participer à l’émission, le débat animé par Eric Félix organisé par France 3 Occitanie met aux prises ses deux adversaires : Corine Martin (RN) et Thierry Vincent (Divers).
 

Le maire sortant Divers Centre de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Yves Chapelet, refusant de participer à l’émission, le débat animé par Eric Félix organisé par France 3 Occitanie mettra aux prises ses deux adversaires : Thierry Vinvent (divers) et Corine Martin (RN).
Le maire sortant Divers Centre de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Yves Chapelet, refusant de participer à l’émission, le débat animé par Eric Félix organisé par France 3 Occitanie mettra aux prises ses deux adversaires : Thierry Vinvent (divers) et Corine Martin (RN). © DR

Bagnols-sur-Cèze est la 3ème ville du Gard en nombre d'habitants. 38% des électeurs seulement s’étaient déplacés devant les urnes le 15 mars.

Il y a quelques semaines, un jeune de Bagnols a été victime d’un règlement de compte dont le corps criblé de balles a été retrouvé en partie brûlé à une vingtaine de kilomètres de là. Une marche blanche avait rassemblé 300 à 400 personnes. La sécurité est le thème de prédilection du rassemblement national. Sur notre plateau, Corine Martin explique : " il va falloir renforcer la police municipale et le nombre de caméras de vidéo-surveillance. Les gens se sentent en insécurité et il va falloir passer par là. Il y a des médiateurs mais il faut qu’ils soient plus actifs ».

« L’insécurité n’est pas le thème numéro 1 de notre programme. L’insécurité est le fruit du manque d’emploi, de la fracture sociale. Regarder la ville de Bagnols sous le prisme de l’insécurité est un peu réducteur, » affirme Thierry Vincent.

En l'absence du maire sortant, les deux invités ont ensuite abordé les thèmes de la rénovation urbaine, de l'économie et de l'avenir de Bagnols-sur-Cèze.

Revoir le débat en cliquant sur le player:

Le contexte avant le débat

Il n’est pas le premier à décliner l’invitation de France 3 Occitanie. Le maire sortant Divers Centre de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Yves Chapelet, élu en septembre 2017 après la démission de son prédécesseur Jean-Christian Rey, ne participera pas au débat de ce mercredi 24 juin à 18h. Arrivé en tête au 1er tour avec 39,7% des voix le 15 mars, il devra sortir d’une triangulaire pour être réélu le 28 juin.

Ils sont deux à vouloir s’asseoir à sa place dans son bureau de l’Hôtel de Ville. Corine Martin du Rassemblement National, mène le peloton des prétendants. Avec 28,8% des suffrages exprimés il y a trois mois et demi, elle compte sur un sursaut de participation de son électorat potentiel. Le taux d’abstention avait atteint 62% au 1er tour.

Avec 12,1% des voix, Thierry Vincent (Divers) mise, lui, sur un bon report des soutiens du Divers Gauche Christian Roux et de ses 11,6% avec qui une fusion de listes n’a pu se faire et qui, à ce jour, n’a pas officiellement appelé à voter pour lui, contrairement aux communistes.

Jean-Yves Chapelet serein

Même absent des plateaux télé, le maire sortant dit être serein et confiant. « Nous sommes arrivés largement en tête » rappelle-t-il. Il reconnait que la campagne est inédite : « Impossible de tracter ou d’organiser des meetings. Nous misons sur le numérique ». Et Jean-Yves Chapelet d’expliquer par exemple que toutes les inscriptions scolaires, habituellement enregistrées en mairie, l’ont été cette fois sur Internet.

Pour transformer la 3ème commune du département où vivent 18 000 habitants, le maire mise sur les aides extérieures : celles de l’Etat et celles de l’agglomération. L’Etat s’est engagé dans un vaste plan de rénovation urbaine. Le projet prévoit un budget de 42 millions d’euros pour réhabiliter d’ici à 2025 le quartier des Escanaux. Toutes les collectivités sont impliquées : Ville, Agglomération, Département, Région, Etat via l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine et Europe.

Jean-Yves Chapelet affirme ne pas vouloir briguer la présidence de la Communauté d’Agglomération du Gard Rhodanien, dans les mains aujourd’hui de l’ancien maire Jean-Christian Rey, candidat demain à sa propre succession.

Corine Martin prête à prendre les rênes

A plus de 500 voix du sortant le 15 mars dernier, la candidate du Rassemblement National, a bien l’intention de s’emparer de la ville. Soutenu par le maire de Beaucaire, Julien Sanchez, et par le député européen du Gard, Gilbert Collard, elle dit avoir des réponses aux maux dont souffre la ville.

Elle veut d’abord régler les problèmes d’insécurité, ravivés récemment par la mort d’un jeune du quartier des Escanaux, victime d’un règlement de comptes et dont le corps criblé de balles et en partie brûlé avait été retrouvé dans des vignes à Pouzilhac. 300 à 400 personnes avaient participé à une marche blanche le mois dernier.

A la tête d’une liste « de droites diverses avec des militants de Debout la France et des colistiers sans étiquette », Corine Martin entend renforcer les effectifs de la police municipale et augmenter le nombre de caméras de surveillance : «Il faut appliquer la tolérance 0 ».

Ses autres priorités sont liées : cadre de vie et économie dans une ville au pouvoir d’achat faible et où le taux de chômage est le double de la moyenne nationale. Pour rénover, en particulier le centre-ville, développer les circuits courts, rendre à nouveau attractive la ville, entre autres auprès des entreprises, elle compte s’appuyer sur les chambres consulaires et les forces économiques.

Thierry Vincent, la voix écologique

Si ses 573 voix du 15 mars paraissent insuffisantes pour la victoire finale, l’appui des partisans de Christian Roux, 4ème avec 550 bulletins, pourrait au moins permettre à Thierry Vincent de constituer au lendemain du second tour une opposition forte.

Des trois candidats, il est le seul à inscrire sur son étendard l’écologie. « Le Covid nous l’a montré. C’est un impératif pour tous affirme-t-il. L’évolution climatique entraînera nécessairement d’autres crises de cette nature ». Les pistes cyclables ne sont pas tout : la végétalisation de la ville et la création d’une charte environnementale font partie de son programme.

Natif de cette ville, il est sensible à son déclin et veut redorer son blason en s’appuyant sur l’expérience et la compétence de ses colistiers. Il insiste d’abord sur la relance de l’activité du bassin économique, de Laudun à Marcoule. C’est, selon lui, la condition sine qua non pour redynamiser l’emploi et le commerce, y compris du centre-ville.

40 minutes pour convaincre

Sur France 3 Occitanie, les deux candidats présents disposeront de 40 minutes pour expliquer pourquoi et comment ils réussiront, en cas d’élection, à faire mieux que le maire actuel. Et ils auront un avantage commun : ce dernier ne pourra pas les contredire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter