Nîmes : réactions et hommages après le décès d'un homme de 17 ans lors d'une fusillade

Lundi 25 janvier, une nouvelle fusillade éclatait dans le quartier du Mas de Mingue à Nîmes, dans le Gard, coûtant la vie à Abdelkader, âgé de 17 ans. "Cela devient insoutenable" pour Jean-Paul Fournier, le maire de la ville.

Le quartier du Mas de Mingue, à Nîmes, dans le Gard.
Le quartier du Mas de Mingue, à Nîmes, dans le Gard. © MIKAEL ANISSET / MAXPPP.

"Une nouvelle fois, un jeune nîmois est décédé par arme à feu" écrit Jean-Paul Fournier, dans un communiqué. En effet, lundi 25 janvier, un homme âgé de 17 ans a succombé à ses blessures après une fusillade dans le quartier du Mas de Mingue à Nîmes, dans le Gard.

"Cette affaire, sûrement liée au banditisme et au trafic de drogue, m’interroge" poursuit le maire, élu à la tête de la ville en 2001.

Je ne peux me résigner à de tels actes dans notre Cité. Cela devient insoutenable.

"L’Etat doit accroitre sa présence policière dans ces quartiers. La police doit également lourdement condamner les auteurs de ces trafics" écrit le maire de la ville, annonçant saisir le Premier ministre.

Nîmes, théâtre de nombreuses fusillades

Depuis plusieurs mois, plusieurs quartiers nîmois tels que le Mas de Mingue, Chemin bas d’Avignon ou encore de Pissevin Valdegour sont le théâtre de nombreuses fusillades, la plupart du temps liées à des trafics de drogue.

"Il est clair que la responsabilité des familles est en jeu" ajoute Jean-Paul Fournier. "Sur ce sujet, nous ne pouvons plus faire la politique de l’autruche. Comment accepter que des jeunes mineurs soient livrés à eux-mêmes dès le plus jeune âge dans les rues de certains quartiers de la ville ?" questionne Jean-Paul Fournier.

Marche blanche et cagnotte en ligne

"C’est l’incompréhension" confie Houcem Mohammedi de l’association Sourire A Tous à France 3 Occitanie. "J’étais son entraîneur au football il y a quelques années et on ne l’a jamais vu se battre" affirme le bénévole.

Comment arriver à un tel stade de violence ? Je me pose la question vis-à-vis des forces de l’ordre, comment les criminels peuvent-ils agir de la sorte en étant aussi à l’aise ?

Si elle est autorisée par la préfecture, une marche blanche en hommage à la victime de la fusillade du 25 janvier devrait avoir lieu dimanche au cœur du quartier de Mas de Mingue. Une cagnotte a parallèlement été mise en ligne par l'association Sourire A Tous, en soutien à la famille d’Abdelkader.

Abdelkader était un jeune souriant et rayonnant par sa gentillesse et sa tendresse. Un jeune homme respectueux et toujours prêt à aider. C’est donc à notre tour de l’aider.

Pour l’instant, plus de 2 600 euros ont été récoltés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité décès jeunesse famille