Amazon à Fournès dans le Gard : Carole Delga "pas favorable" au projet d'entrepôt géant

La présidente de la région Occitanie Carole Delga a donné son avis sur le projet controversé d'implantation d'un immense entrepôt Amazon à Fournès, près du Pont du Gard, dans un contexte de forte opposition au géant du e-commerce. Un soutien essentiel pour les associations qui s'opposent au projet.

Les associations anti-Amazon se sont réjouit du soutien de la présidente de région (photo d'illustration)
Les associations anti-Amazon se sont réjouit du soutien de la présidente de région (photo d'illustration) © Vanessa MEYER / MaxPPP
La présidente socialiste de la région Occitanie, Carole Delga, a assuré mercredi 18 octobre qu'elle n'était "pas favorable" au projet d'implantation du très controversé site Amazon à Fournès, dans le Gard. La présidente de région, qui s'est déjà opposée auparavant au géant du e-commerce, prend partie pour la première fois sur ce dossier. 

Un appui bienvenu pour les anti Amazon


"Ce modèle économique d'Amazon, je ne l'approuve pas", a déclaré Carole Delga à l'AFP, tout en reconnaissant que dans cette affaire, "la région n'a pas à donner son avis". "Le permis de construire a été donné et il n'y a bien entendu aucune aide régionale, que ce soit bien clair", a confirmé l'élue.
 

En cette période de crise sanitaire et économique, nous devons plus que jamais faire preuve de patriotisme économique envers nos commerces de proximité.

Carole Delga, présidente (PS) de la région Occitanie

Fortement contestée par de nombreuses associations, la construction de ce gigantesque entrepôt de près de 40 000 m², vaste comme sept terrains de football, est actuellement toujours à l’arrêt alors qu’il devait voir le jour en fin d'année 2019. Le bâtiment en question devait être érigé à la sortie Remoulins de l’autoroute A9, à quatre kilomètres du Pont du Gard, un site protégé par l'Unesco.

Le promoteur Argan veut en faire l'une des trois plus grandes stations logistiques d’Europe, sur cet axe stratégique Nîmes-Arles, entre l'Italie et l'Espagne. Les partisans mettent en avant les 150 à 200 emplois créés et les recettes fiscales engrangées par l'intercommunalité.

Mais si le permis de constuire, délivré par la mairie de Fournès, et le permis d'environnement, délivré par la préfecture, ont été validés, ils font toujours l'objet de nombreux recours déposés par les associations environnementales devant le tribunal administratif de Nîmes. 

L'avis de la communauté de commune très attendu


Dans ce contexte de bataille judiciaire, l'appui de Carole Delga renforce la position des associations qui s'opposent à ce projet, explique Patrick Fertil, de l'ADERE, l'Association de Défense de l'Emploi dans le Respect de l’Environnement. 
 

C'est une très bonne chose pour nous, nous saluons la lucidité de madame Delga, qui a su comprendre les problématiques graves posées par l’arrivée d’un entrepôt de cette nature sur notre territoire, et les effets dévastateurs que ce mastodonte pourrait avoir sur notre économie locale et notre environnement et le tourisme. Elle montre que ce projet n’est pas attendu par la population.

Patrick Fertil, de l'ADERE

L'association espère désormais un soutien officiel de la communauté de commune du Pont du Gard, récemment réorganisée suite aux élections municipales, et qui possède le véritable pouvoir politique dans cette affaire. "On apprécierait que d’autres politiques prennent cet engagement fort et que la communauté de commune prenne ses responsabilités", ajoute le porte-parole de l'ADERE, qui souhaiterait que celle-ci les rejoignent dans leur bataille judiciaire afin de faire tomber le projet. "On est dans un contexte national de fronde qui s'est installé et qui peut nous aider", conclu-t-il.
 
Pour l’heure, les travaux sont interrompus, et le site est resté en friche. Ils ne pourront reprendre que si tous les recours administratifs ont été traités, ce qui ne devrait pas être le cas avant la fin de l'année 2021.

Acheter "dans ma zone"

La région Occitanie a lancé en 2020 une plateforme incitant à acheter "dans ma zone" détournant le logo d'Amazon afin de favoriser les commerces de proximité. Carole Delga s'est par ailleurs associée à la pétition lancée par le collectif NoëlSansAmazon au niveau national, qui encourage à n'acheter aucun cadeau sur cette plateforme pendant la période de Noël. De nombreuses célébrités politiques et du monde de la culture ont rejoint ce mouvement. L'objectif de la pétition est d'obtenir 200.000 signatures.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie entreprises écologie environnement société noël politique