Procès des assassins de Redwan, tué et torturé : la réclusion criminelle à perpétuité contre l'un des accusés, l'autre condamné à 30 ans

La peine maximale avait été requise contre les deux jeunes hommes jugés pour avoir massacré un de leurs amis en juin 2020 et l'avoir noyé dans un canal, à Bellegarde près de Nîmes. Le verdict est tombé en milieu d'après-midi.

Depuis leur box, les accusés ont écouté l’avocat général demander à la cour de les punir d’une peine de réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans. 

Depuis 4 jours, les jurés tentent de comprendre ce qui a pu pousser William De Campos et Dylain Makdoud à torturer, puis assassiner Redwan Lazreg, la nuit du 4 juin 2020, après une soirée arrosée. 

Le premier était une connaissance de la victime, le second, son ami d’enfance, considéré comme sa propre famille. 

Torturé

Ils sont jugés depuis le 7 décembre pour avoir sauvagement assassiné Redwan Lazreg, 23 ans, dans la nuit du 4 au 5 juin 2020. Son cadavre avait été retrouvé le lendemain dans le canal des Costières à Bellegarde, au sud de Nîmes. Le jeune homme a été torturé une nuit entière. Son corps portait la trace de plus de 40 coups de couteau assénés avec une feuille de boucher, une crosse de pistolet et une pelle.

Pour les avocats des parties civiles cette affaire marquera leur carrière comme l’une des plus abominables qu’ils aient eue à traiter.

"Je ne vois pas ce que Monsieur l'avocat général aurait pu requérir d'autre qui soit conforme à l'intérêt de la société et des familles de la victime. Il correspond à l'abomination et à la gravité des faits, au préjudice des victimes et à la souffrance de ce jeune homme qui était leur ami  et qui a été torturé pendant plusieurs heures", réagit Maître Jean Robert Nguyen Phung, avocat des parties civiles, interrogé par France 3 Pays gardois.  

C'est une affaire des plus abominables à laquelle il m'a été donné  de participer.

Maître Jean Robert Nguyen Phung

Avocat des parties civiles

Haine incompréhensible

Trois ans après les faits, le motif de ces actes d’une violence indescriptible reste flou. Rancœur, jalousie, pur plaisir de faire du mal ? L'un des deux accusés avait évoqué une dispute lors du trajet retour après une soirée au casino de la Grande-Motte. Il s'était acharné sur la victime à l'aide d'un pistolet d'une petite hache de boucher et d'une pelle. La victime avait été martyrisée avant d'être noyée dans le canal des Costières. Plusieurs des scènes macabres avaient été filmées et publiées sur Snapchat.

 Coupables

Après cinq heures de délibération, les jurés de la cour d'assises du Gard ont déclaré les deux accusés coupables d'assassinat en réunion précédé d'actes de torture et de barbarie et ont condamné Dylain Makdoud à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans et son complice William De Campos à 30 ans de réclusion et 20 ans de sûreté.