Justice : torturé et tué d'une quarantaine de coups de couteau, les assassins présumés du jeune Redwan devant les assises

Ce jeudi 7 décembre deux jeunes hommes comparaissent devant la cour d'assises du Gard à Nîmes pour avoir sauvagement tué un de leurs amis dans la nuit du 4 au 5 juin 2020. La victime, lardée de coups de couteau, avait été retrouvée dans le canal des Costières à Bellegarde.

C'est un crime des plus sordides que les jurés de la cour d'assises du Gard sont amenés à examiner ce jeudi 7 décembre. Deux jeunes hommes, Dylain et Williams, âgés de 25 et 23 ans au moment des faits, comparaissent pour assassinat précédé d'actes de torture et de barbarie.

Sauvagement assassiné

Ils seront jugés pour avoir sauvagement assassiné Redwan Lazreg, 23 ans, dans la nuit du 4 au 5 juin 2020. Son cadavre avait été retrouvé le lendemain dans le canal des Costières à Bellegarde, au sud de Nîmes. Le jeune homme a été torturé une nuit entière. Son corps portait la trace de plus de 40 coups de couteau assénés avec une feuille de boucher, de crosse de pistolet et de pelle.

Ses agresseurs sont soupçonnés de s'être acharnés sur le jeune homme après une soirée au casino de la Grande-Motte (Hérault).

Amis

Le lendemain du drame, inquiet d'être sans nouvelles, le père de la victime avait signalé à la gendarmerie la disparition de son fils. Il avait indiqué qu'il était parti avec Dylain, un ancien camarade de lycée, avec lequel il se serait disputé. 

Les enquêteurs établissent rapidement que le jeune homme a passé la soirée du 4 juin au casino de la Grande-Motte. Sa dépouille sera retrouvée deux jours plus tard dans le canal des Costières, à proximité de l'ancienne adresse de Williams, un des deux accusés. 

Mobile flou

Le mobile du crime reste flou. L'un des deux accusés soutient qu'une dispute aurait éclaté lors du trajet retour. Insulté par la victime, il s'acharne sur le jeune homme, le roue de coups. Il frappe son ami "jusqu'à s'en épuiser" avec un pistolet à grenaille, une petite hache de boucher et le "termine" à coups pelle.

Après l'avoir forcé à se déshabiller, les accusés l'enferment nu dans le coffre de la voiture, et le jettent dans le canal.

Vidéos macabres sur Snapchat

Plusieurs de ces scènes ont été filmées durant la nuit macabre. Les enquêteurs récupéreront plus d'une dizaine de vidéos sur Snapchat. Dylain y apparaît portant des gants et une arme de poing dans la voiture qui les conduit au casino et les ramène dans le Gard. Les violences vont durer plusieurs heures. Dylain Makdoud aurait projeté de brûler la victime ou de l'enterrer vivant.

Crâne défoncé

L'autopsie révélera une quarantaine de plaies sur le corps martyrisé de la victime. Elle a eu le crâne défoncé. 

La victime a agonisé suite à des violences extrêmes et au terme de douleurs et souffrances particulièrement aiguës.

Rapport du médecin légiste

Le suspect et son complice s'étaient rendus le lendemain des faits à la gendarmerie.

Le crime a-t-il été prémédité ? Le principal accusé le conteste. Quelques jours avant, Dylain Makdoud avait dit : "Vous allez voir de quoi je suis capable. Vous allez entendre parler de moi".

 " Face à la douleur des vicimes, la défense des accusés s'incline et rappelle une triste vérité : quelle que soit l'atrocité d'un crime, il est un acte humain. Nous souhaitons une jsutice rendue humaienment, sans affects, avec impatialité et objectivité, conforme à l'état de droit", souligne Me Khadija Aoudia, en défense.

Les accusés encourent la peine maximale : la réclusion criminelle a perpétuité.