• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Suspicion de traite d'êtres d'humains : une trentaine de clandestins retrouvés dans une camionnette près de Nîmes

La douane a intercepté une camionnette jeudi midi 22 août sur l'aire de l'autoroute A9, à Marguerittes, près de Nîmes. A l'intérieur, ils ont découvert 30 Indiens et Pakistanais. / © G. Bonnefont / Maxppp
La douane a intercepté une camionnette jeudi midi 22 août sur l'aire de l'autoroute A9, à Marguerittes, près de Nîmes. A l'intérieur, ils ont découvert 30 Indiens et Pakistanais. / © G. Bonnefont / Maxppp

La douane a intercepté une camionnette jeudi midi 22 août sur l'aire de l'autoroute A9, à Marguerittes, près de Nîmes. A l'intérieur, ils ont découvert 30 Indiens et Pakistanais. Les deux conducteurs ont été placés en garde à vue.

Par Olivier Le Creurer

Le véhicule est dans un premier temps intercepté par les douanes sur l'A9 pour une infraction routière, dans le sens nord-sud. Dirigé sur l'aire de Marguerittes, près de Nîmes, les fonctionnaires vont faire une drôle de découverte en ouvrant les portes arrières du véhicule. Ils vont y trouver une trentaine d'Indiens et Pakistanais entassés. Tous majeurs et en grande majorité des hommes.

Enquête de flagrance pour suspicion de traite d'être humains et d'aide au séjour irrégulier


Dans les locaux de la police aux frontières, à Nîmes, les conducteurs, un Italien et un Roumain, ont été placés en garde à vue 24 heures, renouvelable une fois. "Nous avons ouvert une enquête de flagrance pour suspicion de traite d'être humains et d'aide au séjour irrégulier," explique Patrick Bottero, vice-procureur de la République à Nîmes.

Cette prise des douaniers est très rare. D'habitude, les passagers clandestins sont en plus petit nombre.
 

Un axe très surveillé


A ce stade, les enquêteurs cherchent à savoir d'où venait le véhicule et quelle était sa destination finale. "Cet axe nord-sud est très surveillé et l'A9 est particulièrement sensible. En 2018, nous y avons saisi 10,5 tonnes de cannabis, 300 kg de cigarettes et tabacs, près d'une tonne si on y intègre le port de Sète et les aéroports," explique François Brivet, directeur régional des douanes. 

Quand à la trentaine d'Indiens et Pakistanais, ils ont été pris en charge par la Préfecture du Gard. Pour la plupart sans papier, ils ont été conduits au centre de rétention administratif. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus