Tour de France 2021 en Occitanie : Nîmes est la "capitale des sprinteurs"

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France était de passage à Nîmes ce mardi qui accueille cette année pour la 10ème fois une arrivée. Rendez-vous le 8 juillet. Le lendemain, direction Carcassonne avec un départ aux pieds des Arènes. 

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France était de passage à Nîmes ce mardi qui accueille cette année pour la 10ème fois une arrivée.
Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France était de passage à Nîmes ce mardi qui accueille cette année pour la 10ème fois une arrivée. © M. Anisset / MAXPPP

Une fois de plus, l'Occitanie n'est pas oubliée par le Tour de France cette année. Les coureurs y passeront 7 jours du 8 au 14 juillet si on intègre le passage en Andorre. 

Jeudi 8 juillet: Saint-Paul les trois Châteaux - Nîmes
Vendredi 9 juillet: Nîmes - Carcassonne
Samedi 10 juillet: Carcassonne - Quillan
Dimanche 11 juillet : Céret - Andorre-la-Vieille
Lundi 12 juillet: Repos à Andorre
Mardi 12 juillet: Pas de la Case - Saint-Gaudens
Mercredi 13 juillet: Muret - Saint-Lary-Soulan

Pas d'arrivée aux pieds des Arènes

Christian Prudhomme, le directeur du Tour était de passage à Nîmes ce mardi. Il a rappelé que l'épreuve était passée ici pour la première fois en 1905: "Nîmes est la capitale des sprinteurs. Caleb Ewans, Alexander Kristoff, Mark Cavendish, pour ne citer qu'eux ont gagné ici". La Préfecture du Gard accueille pour la 10ème fois une arrivée du Tour depuis la fin de la seconde guerre mondiale. 

Faire un sprint massif à 65-70 km/h pour un peloton de 170 coureurs, c'est extraordinairement dangereux

Christian Prudhomme, directeur du Tour de France

Le 8 juillet, le peloton part de Saint-Paul-Trois-Châteaux, une étape longue de 159 km. Les coureurs arriveront par la route d'Uzès et l'arrivée sera jugée sur le périphérique, à hauteur des 7 Collines, comme en 2019. Une avenue longue et large. Jean-Paul Fournier a rêvé d'une arrivée devant les Arênes mais les organisateurs ont refusé: "Faire un sprint massif à 65-70 km/h pour un peloton de 170 coureurs, c'est extraordinairement dangereux. La sécurité des coureurs est essentielle. L'objectif n'est pas de se retrouver avec tous les coureurs par terre", explique Christian Prud'homme. 

Rayonnement international

Par contre, le départ, le lendemain, vendredi 9 juillet sera bien aux pieds des Arènes. "Le passage du Tour constitue une formidable occasion pour Nîmes de rayonner à l’international et ses retombées économiques directes viendront soutenir hôtels, bars, restaurants et commerces en grand souffrance par la crise que nous traversons actuellement," assure Jean-Paul Fournier, le maire de Nîmes. 

Le Tour de France est diffusé dans 190 pays. Chaque année, 300 villes se portent candidates pour accueillir l'épreuve. Une trentaine sont retenues. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport