VIDÉO. "Les invisibles veulent devenir visibles". Une opération escargot des infirmiers libéraux qui demandent de meilleurs salaires

Les infirmiers libéraux ont mené samedi 17 février une série d'actions dans toute la France. C'était le cas au péage Nîmes-Ouest, où les infirmiers ont choisi de faire une opération escargot. Ils demandent une meilleure rémunération à l'acte, notamment.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des centaines de voitures arrêtées, et autant de tracts distribués. À la page des revendications sociales, c'était aux infirmiers libéraux de se faire entendre samedi 17 février sur le péage Nîmes-Ouest.

Les manifestants ont mené une opération escargot une grande partie de la journée, dans la lignée de la journée d'action voulue par la coordination nationale des infirmiers libéraux en colère.

durée de la vidéo : 00h00mn20s
Les infirmiers ont arrêté chaque voiture, à partir de 11 heures au péage Nîmes-Ouest. ©Camille Astruc - Éric Mangani

Actes médicaux pas revalorisés depuis 15 ans

Point de crispation pour les infirmiers : leur salaire. La rémunération d'un acte médical n'a pas été revalorisée depuis 2009. Face à une inflation galopante dans le même temps, les professionnels du secteur disent devoir choisir leurs patients. "Il y a des patients qu'on ne peut pas prendre, car on perd de l'argent. Pour les prises de sang par exemple, je ne les fais plus que pour mes patients attitrés" fustige Olivia Mercier-Bernard, infirmière libérale à Montpellier.

 Aujourd'hui, une prise de sang est rémunérée 6 euros brut, et 4,50 euros pour une injection. Les infirmiers disent ne plus s'en sortir, comme Yannick Allilaire.

durée de la vidéo : 00h00mn51s
Yannick Allilaire, infirmier à la Grande-Motte, et membre des "Infirmiers Libéraux en Colère". ©Camille Astruc - Éric Mangani

Autres revendications

Les demandes ne s'arrêtent pas là, puisque les infirmiers réclament une hausse de l'indemnité kilométrique de leur déplacement, qui est aujourd'hui plafonnée à 2,75 euros par trajets. Enfin, les manifestants aimeraient inscrire la notion de pénibilité pour leur métier, et ainsi partir plus tôt à la retraite.