Témoignage. Gard : victime du chauffard de Fourques, un jeune routier de Vauvert est au bord de la misère

En novembre 2020, un chauffard sans permis avait causé un terrible accident à Fourques, dans le Gard rhodanien. Deux gendarmes et un routier avaient été gravement blessés. Une de nos équipes a rencontré ce chauffeur routier, dont les revenus ont fondu, qui lutte pour sauver sa jambe.

La vie d'Erwan, chauffeur routier gardois, a basculé en novembre à cause d'un chauffard. Alité en permanence, il en est réduit à appeler à la générosité des gens pour survivre.
La vie d'Erwan, chauffeur routier gardois, a basculé en novembre à cause d'un chauffard. Alité en permanence, il en est réduit à appeler à la générosité des gens pour survivre. © C.Astruc/FTV

La vie d’Erwan a basculé sur un pont, le 18 novembre 2020. Ce jour là, entre la commune de Fourques et celle d'Arles, deux gendarmes poursuivent à moto le conducteur d’une voiture qui vient de forcer un barrage. Le chauffard tente de les semer en zigzaguant sur un pont et percute un camion qui arrive en face.

L’un des deux militaires est projeté sur le poids-lourd, l’autre passe sous le 36 tonnes : ils sont grièvement blessés, sans que leur pronostic vital soit engagé.

Erwan le chauffeur routier, lui, se trouve entre la vie et la mort. Sous le choc, une partie de sa cargaison a compressé sa cabine. Les pompiers vont batailler pendant six heures avant de parvenir à le sortir de ce piège.

Son métier, c’était sa passion

Depuis cet accident, le quotidien de ce jeune père de famille est bouleversé. Il doit rester allongé en permanence et ne peut rien faire seul, même pas manger. Sa compagne a même dû quitter son emploi pour prendre soin de lui.

Ça m’a ruiné ma famille !

Erwan, chauffeur routier

"Mon métier, c’était une passion, du jour au lendemain ma passion s’est arrêtée. Je ne sais pas encore si je pourrais reprendre un jour." explique tristement Erwan, sur son lit qui trône au milieu du séjour. "Ça m’a ruiné ma famille et peut-être celle aussi des gendarmes qui ont été fauchés par mon camion, ça a détruit des vies".

Une opération de la dernière chance pour tenter de sauver la jambe de l'amputation est prévue dans quelques jours.

En attendant, il a fallu installer un lit médicalisé et réaménager toute la maison. Les frais médicaux se sont accumulés, les aides tardent à se débloquer. Cette famille de Vauvert est aujourd'hui en difficulté financière :

"Pour nous, routiers, le salaire de base, il est pas élevé. On a beaucoup de frais de route, donc je perds 1000 € par mois. J’ai des factures qui tombent tous les mois, on ne peut plus se nourrir, et psychologiquement c’est horrible !"

Cagnotte en ligne

Pour passer le cap, sa compagne a eu l’idée de lancer une cagnotte en ligne avec l'espoir de recueillir 3 000 euros. Une initiative qui n’enchante guère Erwan :

"D’habitude je me débrouille tout seul, sans demander d’aide, je ne suis pas une personne à m’afficher. Je me sens plus bas que terre, c’est une descente aux enfers. On se sent limite honteux de demander de l’aide, mais on a plus le choix. J’ai pas envie de me retrouver à la rue avec mes enfants" soupire le routier.

Le chauffard interpellé

Le jour de l’accident, le conducteur de la voiture avait pris la fuite à pied. D’importants moyens avaient été engagés, menant à son interpellation quatre jours plus tard.

Ce jeune homme de 24 ans, déjà bien connu de la justice, conduisait un véhicule déclaré volé à l’issue d’un vol à main armée dans les Bouches-du-Rhône. Il avait été placé en garde à vue avec deux complices. 

Le procureur de la République de Nîmes avait requis sa mise en examen pour tentative de meurtre, blessures involontaires et tentative d’évasion.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident faits divers société justice insolite témoignage social économie