La transhumance inscrite au Patrimoine immatériel de l’UNESCO, une reconnaissance proche dans les Cévennes ?

La transhumance vient d’être insérée dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. La candidature avait été déposée conjointement par l’Italie, l’Autriche et la Grèce, elle a été validée à Bogota. La France devrait suivre d'ici quelques mois.

La transhumance voit des éleveurs, conduire du bétail à travers le pays à la recherche de pâturages saisonniers.
La transhumance voit des éleveurs, conduire du bétail à travers le pays à la recherche de pâturages saisonniers. © AFP - B. Hindelang
La pratique agricole traditionnelle de migration saisonnière du bétail, également appelée transhumance vient d’être insérée dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. L'offre retenue a été déposée par l'Italie, l'Autriche et la Grèce. La France devrait quant à elle faire partie de la deuxième vague des pays qui déposerons le dossier, avec notamment l’Espagne et l’Andorre.

 


"Cette reconnaissance au patrimoine nous ouvre la porte pour que cette pratique soit également reconnue en France", confie Morgane Costes-Marre Directrice de l'Entente Interdépartementale Causses et Cévennes. En effet, un dossier d'agrégation doit être déposé par la France pour que la transhumance soit également reconnue dans tous ses massifs, celui-ci devrait aboutir courant 2021.

Elle ajoute "nous avons été surpris par cette candidature, mais nous n'avions aucun doute sur le fait qu'elle allait aboutir. Nous sommes très content, cela va nous permettre de mettre en avant nos massifs et cette pratique bien vivante et nécessaire pour l'économie". 

Pour réaliser cette demande, l'Entente Interdépartementale Causses et Cévennes a du prendre contact avec les bergers pour approcher de plus près les problématiques de cette pratique. Un plan de sauvegarde doit par ailleurs être mis en oeuvre en collaboration avec le Ministère de l'Agriculture. Des mesures concrètes pourront être prises afin d'améliorer le quotidien des bergers. 
 

Bien plus qu'une tradition... 


Véritable tradition dans les Cévennes, la transhumance s'effectue chaque année au printemps et en automne. De l’aube au crépuscule, des milliers d'animaux sont conduits par des bergers selon des itinéraires fixes. 

Dans l'Aubrac, depuis 34 ans, la transhumance est devenue un rituel, une fête populaire. Les vaches, issues de huit troupeaux différents, sont décorées de couleurs vives et les amoureux de la marche font eux aussi le parcours, avant de se retrouver dans le village d'Aubrac. 

D'autres manifestations traditionnelles ont également été inscrites à Bogota comme par exemple l’écriture arménienne et ses expressions culturelles ou encore les connaissances, savoir-faire, traditions et pratiques associés au palmier dattier. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cévennes animaux nature patrimoine culture unesco
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter