Auch: manifestation contre Darmanin et le "gouvernement des riches"

Une soixantaine de personnes a manifesté samedi à Auch contre la présence au congrès des maires du Gers du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, qualifié de représentant d'un "gouvernement des riches"

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin à son arrivée au congrès des maires du Gers
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin à son arrivée au congrès des maires du Gers
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a été accueilli à son arrivée au au congrès des maires du Gers par des huées et un concert de casseroles et de tambours par une soixantaine de manifestants rassemblée à l'appel de l'intersyndicale gersoise CGT, Sud-Solidaires et FSU.

La "politique de Macron et de ce gouvernement, dont Darmanin est ici le représentant, dévitalise nos territoires", ont dénoncé les manifestants.

"Que l'on travaille dans le privé ou dans le public, que l'on soit jeune ou retraité, tout le monde en subit les conséquences et particulièrement dans les départements hyper-ruraux, dont de nombreuses communes sont classées en ZRR, zones de revitalisation rurale, comme le Gers",
explique l'intersyndicale dans un communiqué.

"Alors, M. le ministre des Comptes publics, nous vous demandons des comptes et publiquement", notamment sur le nombre d'emplois supprimés, et le manque à gagner pour les comptes publics dû à l'évasion fiscale, ont ajouté les manifestants.

Réunis en congrès ce samedi à Auch, les maires du Gers, à l'instar de leurs collègues des autres départements, s'inquiètent pour leurs finances après la disparition de la taxe d'habitation.

Le ministre des Comptes publics était venu pour tenter de les rassurer et confirmer que cette taxe sera remplacée par d'autres dotations.

Gérald Darmanin contre lequel la plainte pour viol a été classée sans suite est toujours poursuivi pour abus de faiblesse.
 
Gérald Darmanin répond aux propos de Wauquiez : "De drôles d'enseignements dans de drôles d'écoles"
"Il y a de drôles d'enseignements dans de drôles d'écoles de commerce", a lancé samedi à Auch Gérald Darmanin en réponse au président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez, qui a affirmé que le ministre des Comptes publics allait "tomber".

"Il sait ce qu'il a fait" et "il va tomber", avait dit le patron de LR à des étudiants lyonnais sur le ministre des Comptes publics, selon des propos enregistrés à son insu.

Gérald Darmanin, qui a été visé par une plainte pour viol classée sans suite, mais doit affronter une deuxième enquête pour abus de faiblesse a dit ne pas avoir "de commentaire à faire sur les propos étonnants de M. Wauquiez. Ce que je peux vous dire, c'est que je regarde cela en me disant qu'il y a de drôles d'enseignements dans de drôles d'écoles de commerce".

Au cours du congrès des maires du Gers, le ministre a reçu un appel téléphonique du président Emmanuel Macron.

Interrogé sur la plainte pour viol classée sans suite vendredi, Gérald Darmanin a réitéré sa volonté de "laisser la justice faire son travail". "Je n'ai pas de déclaration particulière à faire. Je ne faisais pas de commentaire lorsque j'étais inquiété. Je n'en fais pas maintenant qu'il y a un classement sans suite", a-t-il affirmé.

"Quand on est républicain et patriote, on fait confiance dans les institutions de son pays. Moi, je n'ai rien à me reprocher. C'est tout à fait normal que la justice fasse son travail. Et le plus sereinement possible. Si tout le monde faisait cela, laisser la justice travailler sereinement, ce serait sans doute mieux", a-t-il insisté.

Il a souligné qu'il n'avait aucune raison de revenir sur la plainte pour dénonciation calomnieuse qu'il avait déposée et pour laquelle, "manifestement", l'enquête continue.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique