Dans le Gers, la commune de Lasseran remplace le 11 novembre par la journée pour la Paix

De nombreux enfants ont participé à cette journée de la Paix. / © FTV
De nombreux enfants ont participé à cette journée de la Paix. / © FTV

Depuis deux ans, le maire de Lasseran dans le Gers a transformé la cérémonie du 11 novembre en une journée pour la Paix. Une façon d'intéresser à nouveau la population, alors que le souvenir de la Première Guerre Mondiale s'efface peu à peu. 

Par M.D avec R.Guillon

Il y a quelques années, une quinzaine de personnes venait se recueillir à Lasseran pour le 11 novembre. En 2018, elles étaient plus de 200. L'explication de ce revirement de situation soudain ?
 

Plus de transmission

La décision de Michel Soriano, maire de la commune depuis 11 ans, de transformer la commémoration de la guerre en journée pour la Paix : 

Jusqu'à maintenant on avait nos parents, nos grands-parents, qui pouvaient nous raconter ce qu'ils avaient vécu. Aujourd'hui, il n'y a plus personne pour faire la transmission. Nos enfants ne connaissent plus les horreurs de la guerre. 

Célébrer la paix, plutôt que la guerre : une idée qui semble attirer les foules. Cette année encore, le public a répondu présent à Lasseran : 150 personnes se sont réunies au coeur de la commune, qui compte un peu plus de 350 habitants.
 
La foule présente pour ce 11 novembre "de la paix" / © FTV
La foule présente pour ce 11 novembre "de la paix" / © FTV

Michel Soriano a aussi voulu faire participer les enfants : les élèves de l'école élementaire ont créé avec leurs parents une fresque exposée dans le village. Un jardin de la paix a aussi été inauguré près du lavoir. Grâce à ces petites actions, le maire veut apporter sa pierre à l'édifice :

Qui veut la guerre ? Personne. Mais qui agit ? Pas grand monde. 

 

"Culture de la paix"

Lasseran fait donc désormais partie du réseau mondial des communes pour la Paix. Cette organisation est née en 1982, lors de la 2e Session spéciale sur le désarmement. Le maire d'Hiroshima, première ville victime d'un bombardement atomique, décide de créer un « Programme pour promouvoir la solidarité des villes en faveur de l’abolition des armes nucléaires ». 

L'objectif : inviter les collectivités à faire un effort commun pour développer une véritable "culture de la paix" à l'échelle mondiale. Peu après, les maires d'Hiroshima et Nagasaki lancent un appel aux élus des cinq continents à soutenir ce programme.

7000 communes de la paix

Aujourd'hui, 80 communes en France et 7 000 dans le monde ont adhéré au réseau. Cette culture de la paix rassemble un ensemble de valeurs comme la participation démocratique, l'égalité hommes/femmes, ou encore le développement économique, social et durable. 

Oublié, les hommages à la mort et la guerre : aujourd'hui à Lasseran, les futures générations sont là pour véhiculer un nouveau message : celui de la paix.

Sur le même sujet

Les + Lus