Les frères Bogdanoff seront inhumés dans leur village natal, à Saint-Lary dans le Gers

Publié le
Écrit par Julie Valin

Après leurs obsèques à l'église de la Madeleine à Paris, les deux frères Bogdanoff seront inhumés dans le petit cimetière de Saint-Lary dans le Gers le 12 janvier 2022. Une cérémonie familiale dans la plus stricte intimité.

Les obsèques des frères Bogdanoff ont rassemblé lundi 10 janvier 2022 à l'église de la Madeleine, à Paris, des centaines de personnes. Âgés de 72 ans, les jumeaux sont décédés des suites du Covid-19 à six jours d’intervalle, Grichka le 28 décembre et Igor le 3 janvier.

Attachés à leur terre natale, les frères avaient évoqué le souhait d'être enterrés dans le petit cimetière de Saint-Lary, leur village natal dans le Gers.

L'information a été confirmée par le maire du village, Bernard Cahuzac. 

La cérémonie est prévue mercredi matin dans le cimetière du village. Seule la famille proche y assistera.

Bernard Cahuzac, maire de Saint-Lary (Gers)

Igor et Grichka Bogdanoff sont nés à Saint-Lary et ils ont passé une grande partie de leur enfance dans une demeure bourgeoise, achetée par leur grand-mère, une aristocrate autrichienne venue s'installer en Gascogne.

Que va devenir leur château à Montfort ? 

En 1986, les jumeaux avaient fait l’acquisition du château d’Esclignac à Monfort à une trentaine de kilomètres de Saint-Lary. Un édifice du XIème siècle, classé monument historique de France, l'un des plus vieux châteaux du Gers. Les étés, ils y organisaient des grandes fêtes familiales. Mais depuis plusieurs années, les Bogdanoff ne s'y rendaient plus. 

Un château en ruine

A l'abandon depuis des années, le château médiéval nécessite des travaux d'envergure. L'association Sauvegarde du patrimoine Gascon, qui milite pour la restauration du château d'Esclignac, a estimé la rénovation de la toiture à quatre millions d'euros.

Quelques années avant la mort des frères Bogdanoff, l’association avait proposé 800 000 euros pour racheter le monument, mais elle n'avait pas reçu de réponse de la part des jumeaux. Depuis, aucuns travaux n'ont été engagés et la bâtisse s'effondre. Le demi-frère d'Igor et Grichka y vivrait encore.

Le maire de Montfort se désole de la situation :

C'est bien dommage pour ce château. La municipalité n'y peut rien. C'est une histoire privée.

Régis Lagardère, maire de Montfort (Gers)

Onze descendants

L’avenir du monument dépend de la succession. Selon Actu Toulouse, il y aurait onze descendants à mettre d’accord pour sa vente (les cinq frères et sœurs de Grichka et les six enfants d'Igor). Mais le clan Bogdanoff trouvera t-il rapidement un terrain d'entente pour permettre la sauvegarde du château ? Rien n'est moins sûr.

Une collecte en ligne a été créée pour trouver des fonds pour la restauration du château. Pour l'instant, elle n'a recueilli que 3 000 euros.