Résidence secondaire d'un riche PDG ou musée d'envergure nationale : que va devenir le château de d'Artagnan ?

Le château de Castelmore à Lupiac dans le Gers est à vendre depuis plusieurs années. La communauté de communes du Fezensac souhaite acheter la bâtisse natale de d'Artagnan pour y implanter un musée. Mais face à elle plusieurs acheteurs privés se sont également positionnés. Qui sera la futur propriétaire? On vous explique la situation.

C'est un petit château dont l'histoire est immense. A quelques dizaines de kilomètres d'Auch (Gers), le château de Lupiac a vu naître Charles de Batz de Castelmore, plus connu sous le nom de d'Artagnan. 

"L'histoire de d'Artagnan dépasse largement les frontières du Gers, de l'Occitanie et même de la France", souligne fièrement David Taupiac, député du Gers. 

Un écrin idéal pour y implanter un centre culturel et touristique qui fasse rayonner le pays d'Armagnac et plus largement le Gers. 

Dans cette optique, la communauté de communes du Fezensac a donc fait une offre d'achat à la propriétaire du château, en vente depuis plusieurs années. 

Un projet soutenu par l'Etat et la région

L'objectif : créer une grande mise en scène dans la bâtisse et son domaine pour y mettre en lumière la vie de Charles de Batz de Castelmore, l'oeuvre d'Alexandre Dumas, mais aussi l'identité gasconne.

Un projet d'envergure nationale soutenu par la région mais aussi l'Etat et rassemblés sous la bannière d'une association baptisée " Autour de d'Artagnan".

Mais malgré ses soutien de poids, le futur musée n'est pas certain de voir le jour. 

Un PDG d'une enseigne de la grande distribution 

En effet, il n'y a pas que la communauté de communes du Fezensac qui s'intéresse au château du plus célèbre des mousquetaires. 

Plusieurs acheteurs privés ont également fait une offre. Serait notamment dans les rangs, le PDG d'une filiale d'Auchan, qui souhaiterait faire de ce bâtiment historique sa résidence secondaire. 

Musée au rayonnement national ou résidence secondaire ? Qui va décider du sort du château de Castelmore ? 

Droit de préemption

La Safer ( Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural) dispose d'un droit de préemption dans ce dossier car le château de Castelmore dispose de 70 hectares de terres agricoles. 

L'achat du château nécessite la réhabilitation du bâti mais aussi la reprise du foncier agricole.

Ce mardi 19 décembre, la commission technique de la Safer aurait rendu un avis négatif sur le projet d'achat de l'association "Autour de d'Artagnan". Un coup dur pour tous les porteurs du projet. 

Mais s'ils ont perdu une bataille, les défenseurs de la mémoire de d'Artagnan n'ont pas perdu la guerre. 

"Ce n'est pas un avis définitif. C'est un avis technique sur le volet agricole de notre projet. La procédure n'est pas terminée " rassure David Taupiac. 

D'autres élus joints par France 3 Occitanie se sont montrés moins optimistes. Préférant rester anonymes, ils ont notamment évoqué la possibilité d'un recours administratif. 

Une chose est sûre, le Gers souhaite se doter d'un pôle touristique ambitieux. Avec ou sans le château de d'Artagnan. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité