• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gestion de l'eau : Toulouse va-t-elle suivre l'exemple de Castres et de sa régie publique ?

Au moment où Toulouse s’interroge sur la gestion de son eau (privée ou publique), nous avons voulu voir comment cela se passait à Castres qui a fait le choix d’une gestion municipale il y a treize ans. / © F3 Occitanie
Au moment où Toulouse s’interroge sur la gestion de son eau (privée ou publique), nous avons voulu voir comment cela se passait à Castres qui a fait le choix d’une gestion municipale il y a treize ans. / © F3 Occitanie

Au moment où Toulouse s’interroge sur la gestion de son eau (privée ou publique), nous avons voulu voir comment cela se passait à Castres qui a fait le choix d’une gestion municipale il y a quatorze ans. 

Par Delphine Gerard

En décembre prochain, l'agglomération toulousaine va devoir choisir entre privé et public pour sa gestion de l'eau, qui sera harmonisée dans toutes les communes d'ici à 2020.
La ville de Castres a fait le choix d'une régie publique il y a 14 ans, suite à un long contentieux avec son prestataire précédent, la Lyonnaise des eaux.
Pour Pierre Lapelerie, directeur général de la Castraise de l'eau, la régie municipale permet plus de réactivité. "La régie se cale sur les besoins de la collectivité. Cela simplifie le mode de fonctionnement, qui devient plus efficace et moins cher."

La régie municipale fait l'unanimité


Lorsque Castres est repassé en régie municipale, le premier effet de la municipalisation a été une baisse des prix de l'eau, assez appréciée des usagers. Monique Maynadier, du comité de défense des usagers de l'eau de Castres, constate que "l'argent des usagers est remis dans le fonctionnement du service. Ca ne sert pas d'autres intérêts."

Bref, à Castres, usagers et politiques sont unanimes :  pas de marge de bénéfices au profit d'actionnaires, un réseau en meilleur état, des investissements fait pour durer... Pas question de faire marche arrière. 

La ville va même plus loin en proposant un tarif social de l'eau, pour les personnes aux revenus les plus faibles. 

Reportage de Nicolas Bonduelle et Matthieu Chouvellon de France 3 Tarn :


A lire aussi

Sur le même sujet

Lagune de Thau : les huîtres n'étaient pas contaminées à la salmonelle

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer