• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Haute-Garonne : la récolte du tabac commence dans l'unique plantation du département

© MAXPPP
© MAXPPP

La récolte du tabac commence en Haute-Garonne. Rencontre avec l'unique producteur de tabac du département qui exporte une partie de son tabac outre-Atlantique.

Par Yann Lagarde

Avant d’arriver en miettes dans le papier à cigarette, les feuilles de tabac connaissent plusieurs phases de transformation.

Les plantes que l’on trouve dans la plantation de Daniel Gasparini, dernier producteur de tabac en Haute-Garonne, peuvent atteindre 2 mètres de haut. De ces plantes aux fleurs parfumées, seules les feuilles sont récoltées puis séchées lentement dans des fours à 35 degrés, passant de la couleur verte au jaune. Malgré des épisodes de grêle et un retard dans la maturité des plantes, la récolte devrait être de qualité.

Le producteur a fait le choix d’une culture raisonnée, limitant au maximum l’utilisation de produits phytosanitaires et cultivant en rotation, pour éviter l’épuisement des sols.

L’objectif des cultivateurs de tabac est d’arriver à 25 % de bio dans leur production, à l’horizon 2020. Les producteurs de tabac bio peuvent ainsi vendre leur marchandise à un coût nettement supérieur. Le tabac blond de Virginie est vendu 4 euros le kilos contre 7 euros quand il est bio.

En région Midi-Pyrénées, sur les 400 hectares de culture du tabac, 10 % l’ont été en bio, avec une perte de 10 hectares sur les 40 cultivés à titre expérimental.

Les feuilles cultivées dans cette plantation de Haute-Garonne seront ensuite exportées vers l’Afrique du Nord pour être utilisées comme tabac à narguilé et outre-Atlantique dans des cigarettes bio américaines.

Retrouvez notre reportage dans la vidéo ci-dessous :
Le tabac cultivé en Haute-Garonne en reconversion bio
En Haute-Garonne, le tabac aussi devient bio : limitation de produits phytosanitaires et rotation des cultures.


Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus