• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ramonville : Jean-Claude, l'homme qui construit des abris en palettes de bois pour les réfugiés

Jean-Claude Escriva, à l'action dans son entreprise de construction d'abris en palettes en bois.
Jean-Claude Escriva, à l'action dans son entreprise de construction d'abris en palettes en bois.

C'est dans une pépinière pour jeunes entreprises à Ramonville que Sofrinnov', créée par Jean-Claude Escriva, a élu domicile. Dans ces hangars, il a eu l'idée de construire des hébergements d'urgence en palette de bois. Economiques, écologiques et très résistants.

Par Anissa Harraou

C'est une idée originale qui est venue à l'esprit de Jean-Claude Escriva : créer des abris d'urgence pour les réfugiés, politiques ou climatiques, en palette de bois. Pratiques, écologiques et économiques, les abris sont montés en une journée seulement. 

"Lorsque j'ai vu ce qu'il se passait à Calais, ou sur d'autres camps de réfugiés, j'ai eu envie d'apporter ma pierre à l'édifice et de rendre les personnes dans le besoin, acteurs de leur propre renaissance."

Construire des abris d'urgence en palettes de bois, peu coûteux, résistants et faciles à mettre en place, l'idée est simple mais il fallait y penser. Jean-Claude Escriva a d'abord fabriqué une maquette à partir de son idée, à l'aide de petit morceaux de bois, et a ensuite vérifié la faisabilité de son projet grâce à des images 3D.

Une fois la construction testée dans la réalité, bingo !  Huit heures top chrono pour monter, tout seul, un abri d'urgence en palettes. De la structure jusqu'à l'isolation, la technique est simple et facile à reproduire par tous ceux qui en ont besoin. 

Une idée partie d'un déclic 

C'est en se rendant compte du nombre de personnes déplacées, que Jean-Claude a eu l'intention "d'apporter sa pierre à l'édifice". Il a eu une "prise de conscience."

Au-delà de l'aspect humanitaire, l'intérêt et aussi écologique et économique. Alors qu'une tente classique ne dure que 6 mois, les abris en palettes peuvent durer plusieurs années. "Cet aspect n'est pas négligeable, surtout quand on sait qu'un camp de réfugiés peut rester en place 6 ans".

EN VIDEO / le reportage d'Anissa Harraou et Juliette Meurin :

Des abris pour les réfugiés
Cet habitant de Ramonville a eu l'idée de construire des abris de 25 m2 à partir de palettes de bois.
Une palette coûte environ 20 euros, mais toutes sont recyclées "et plus elles voyagent plus le coût à l'unité baisse." Biodégradables, ces constructions en palettes sont aussi très solides et permettent un assemblage aisé. 

Prochaine étape, le salon humanitaire de Dubaï

Alors qu'il a déjà recu le prix régional des Inn'Ovations, le projet de Jean-Claude est en cours de négociation avec le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés), déjà très intéressé par le concept. 
Au mois de mars, Jean-Claude Escriva est invité au salon humanitaire de Dubaï pour une possible commercialisation dès cette année.

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus